Par moments, Luca (le dernier film de Disney-Pixar) donne l’impression de se diriger vers le trop familier et redouté film d’animation “sois toi-même”. Ce n’est pas qu’il s’agisse d’un mauvais message, mais plutôt de celui sur lequel les réalisateurs de films d’animation s’appuient trop souvent pour produire des distractions inoffensives pour les enfants et pouvoir dire qu’ils ont au moins essayé de donner une bonne leçon. Avant d’aller plus loin, je vous assure que Luca n’est jamais mauvais ou même médiocre, loin de là. Ce n’est pas non plus forcément un problème de rythme car après l’avoir terminé, le flux et la progression du récit sont naturels. Cependant, le troisième acte est nettement plus fort, plus riche et a une plus grande résonance émotionnelle (la magnifique partition de Dan Romer devrait rester une constante tout au long de la saison des prix, quand elle arrivera).

Il devient clair que Luca parle davantage de la peur d’être rejeté pour ce que l’on est que d’un encouragement facile à s’ouvrir sur soi-même (de nombreux films d’animation ne se soucient pas d’aborder un commentaire social urgent). C’est une histoire sur l’identité autant qu’un conte bien écrit et magnifiquement rendu sur l’amitié entre marginaux. Le réalisateur Enrico Casarosa (qui s’appuie sur un scénario de Jesse Andrews et Mike Jones) est également conscient de l’effet puissant que peut avoir le fait d’embrasser sa véritable identité sur ceux qui ont peur d’en faire autant, comme en témoigne un moment nuancé du climax qui, bien qu’il n’ait aucun rapport avec l’histoire principale, en dit long sur l’important message transmis.

Le Luca éponyme est une créature marine vivant sous la Méditerranée. Son espèce n’étant jamais définie, il semble que l’équipe artistique ait eu toute latitude pour faire preuve de créativité, en créant numériquement des humanoïdes amphibies colorés et écailleux qui ressemblent à un croisement entre sirènes et hippocampes. Ils se sont montrés à la hauteur de l’événement. Néanmoins, Luca vit avec sa famille, où il est mis au travail comme gardien de poissons et interdit par ses parents, de s’aventurer hors de l’eau et sur la plage bordant Portocello. La raison en est que les humains chassent les créatures marines, comme le montre un rapide prologue qui fait également appel à des objets tels qu’un gramophone pour situer l’heure et le lieu. Luca est un bon garçon qui écoute et n’oserait pas faire une telle chose (même s’il a des rêveries imaginatives sur la vie à la surface). Cependant, s’il dépasse les bornes, il sera forcé de vivre dans les profondeurs avec son oncle bizarre et physiquement transparent qui a parfois besoin d’un coup de poing dans le cœur pour continuer à pomper. Par pur hasard, Luca sort de la mer et se retrouve sur la Riviera italienne, naturellement terrifié par la peur familiale, où il rencontre brièvement Alberto (Jack Dylan Grazer), solitaire et aventurier. C’est là que Luca devient littéralement un poisson hors de l’eau, Alberto lui apprenant à se tenir debout et à marcher. Étrangement, c’est aussi à peu près là que s’arrête ce style d’humour (aucun des deux ne bronche en voyant un chat en ville, par exemple), ce qui est probablement mieux étant donné que le récit a des objectifs plus ambitieux.

Alberto, lui aussi une créature marine, n’a nulle part où aller et passe ses journées à attendre le retour de son père. Il a aussi une soif de vivre que Luca partage, ce dernier étant nerveux et sceptique à l’idée d’explorer l’inconnu. Alors que Luca veut retrouver sa famille, il se retrouve à construire un scooter de fortune avec Alberto dans l’espoir de voyager partout et de vivre pleinement sa vie. Comme on pouvait s’y attendre, la fabrication d’un scooter Vespa à partir de rien (un scooter qui fonctionne correctement) s’avère impossible, ce qui amène les deux copains à Portocello, où ils se lient d’amitié avec Giulia, une autre paria victime d’intimidation et apprennent l’existence d’un triathlon annuel dont le prix leur permettra d’acheter une authentique Vespa (évidemment, une Vespa sale et en panne mais qui fonctionne néanmoins). Ce qui est spécial dans cette camaraderie, c’est que, tout comme quelqu’un dans la vie réelle peut se lier d’amitié avec un gay, un bisexuel, un transsexuel ou même un handicapé sans le savoir, Giulia ne sait pas que Luca et Alberto sont des créatures marines légendaires. Ils s’acceptent tous dès le début, ce qui donne lieu à une belle amitié. Cependant, l’acceptation véritable ne signifie pas nécessairement que les gens se sentent tout de suite à l’aise et qu’ils enlèvent des couches supplémentaires d’eux-mêmes pour que leurs proches puissent les voir. Cela dit, un fossé se creuse entre Luca et Alberto, ce dernier duo ayant l’impression que Giulia (et le monde en général) ne les acceptera jamais et ne leur permettra pas de s’intégrer dans la société.

Incertains de ce qui va se passer, ils font de leur mieux pour éviter d’être éclaboussés par l’eau (il est vrai qu’au début, le fait qu’une quantité minime d’eau transforme à nouveau les garçons en créatures marines semble artificiel, mais les 30 dernières minutes exécutent avec force ce détail qui n’a plus lieu d’être), et surtout pour éviter de se méfier du père de Giulia, chasseur de créatures marines. La brute locale complique également les choses avec sa méchanceté incontrôlée, plus crainte par ses copains de sortie que sincèrement appréciée. Certains pourraient trouver qu’Ercole (Saverio Raimondo) est un méchant unidimensionnel qui n’existe que comme obstacle pour ces protagonistes, mais c’est tout à fait le but, certains individus n’ont pas de rime ou de raison pour leur haine. Il n’est peut-être pas un antagoniste profond, mais il est très certainement crédible. Humoristique, charmant et doté de cette touche Pixar qui fait pleurer n’importe qui, Luca embrasse également l’Italie (avec des images de synthèse de premier ordre) en termes de vues éblouissantes, d’architecture frappante, de cuisine délicieuse (l’une des étapes du triathlon consiste en un concours de pâtes où les concurrents ne savent pas quelle sorte sera servie, ce qui permet des scènes d’expositions où les réalisateurs peuvent vraiment embrasser la culture alimentaire et en montrer la variété) et de climat estival qui éclate pratiquement à l’écran. Les personnages au centre du film sont également représentés avec soin et authenticité.

Luca est une approche audacieuse de l’amitié, qui met l’accent sur l’identité et les visages rafraîchissants qui racontent l’histoire. Comme une Vespa qui s’effrite sur un terrain accidenté, le film commence par être un peu cahoteux avant de s’aplanir et de s’envoler, capable d’aller n’importe où et d’atteindre sa destination, à l’image des espoirs et des rêves de Luca et Alberto. Ce film n’est pas seulement destiné aux enfants, car les personnes de tous âges y trouveront sans doute une source de force pour accepter et assumer leur identité sans crainte.

Luca exclusivement sur Disney+.

2
0