AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] L’Emprise du démon – Le Juda de la série B

Même dans les associations et transformations apparemment sans fin des codes qui composent les films d’horreur de série B, il est parfois nécessaire d’apporter des éléments nouveaux. Les vieux pentagrammes poussiéreux et les déclarations du type « Le pouvoir du Christ vous appelle » ne peuvent pas durer longtemps dans un genre qui évolue aussi rapidement. Avec son film d’horreur L’Emprise du démon, Oliver Park puise dans une source d’inspiration qui a de plus en plus de place dans l’horreur moderne : le judaïsme. Suivant le fils d’un entrepreneur de pompes funèbres hassidique et sa femme enceinte qui tentent de se réconcilier avec leur famille, mais qui sont en proie à un esprit avide du sang des enfants, L’Emprise du démon est le dernier né du sous-genre émergent de l’horreur juive. Ces dernières années, ce sous-genre a donné naissance à des œuvres aussi disparates que Demon de Marcin Wrona (2015) ou le film à atmosphère étrange The Vigil de Keith Thomas. Avec L’Emprise du démon, l’horreur juive prouve qu’elle peut atteindre le même niveau que la plupart des films d’horreur de série B : le rang de détritus.

© Metropolitan FilmExport

Avec une mise en scène expositive d’une subtilité comparable à celle de Sans un bruit, une première moitié glaciale et des performances uniformément fades, L’Emprise du démon est plus un argument contre l’horreur juive qu’un argument pour elle. Les éléments juifs du film semblent pour la plupart superflus, comme s’ils avaient été transplantés directement de la théologie et du folklore dans un récit sans que l’on se demande pourquoi ou comment ils pourraient être plus efficaces. Le judaïsme semble être un raccourci pour Park et le scénariste Hank Hoffman afin d’instaurer une peur inspirée de l’Ancien Monde au sein du Nouveau Monde, une enclave de spiritualisme et de tradition contre la modernité. Mais le film ne semble pas trop se soucier d’utiliser la richesse de son décor ou de ses traditions, préférant recourir à des jumpscares ennuyeux et autres tropes fatigués de l’horreur occulte. Qu’il s’agisse d’un enfant effrayant conçu paresseusement ou des piles de livres et de cassettes dans lesquelles notre protagoniste doit fouiller pour reconstituer le puzzle, L’Emprise du démon n’actualise même pas vraiment ses clichés pour son contexte spécifique, recyclant plutôt l’imagerie de ses prédécesseurs sans faire le moindre effort pour que ces images fonctionnent réellement.

En toute honnêteté, comme la plupart des films de série B, L’Emprise du démon comporte au moins un excellent jumpscare – un frisson délicieusement méchant et viscéral lorsque la créature plante ses griffes dans le ventre d’une femme enceinte – mais ce brin d’impitoyabilité ne peut empêcher le film de tomber à plat. Il n’est certainement jamais assez effrayant pour faire bouger les spectateurs au bord de leur siège, et rarement assez intéressant pour retenir l’attention de quiconque.

Note : 1.5 sur 5.

L’Emprise du démon d’Oliver Park, 1h33, avec Nick Blood, Emily Wiseman, Paul Kaye – Au cinéma le 11 janvier 2023.

0
0
3.0
L'avis de la rédaction
Summary

En toute honnêteté, comme la plupart des films de série B, L'Emprise du démon comporte au moins un excellent jumpscare - un frisson délicieusement méchant et viscéral lorsque la créature plante ses griffes dans le ventre d'une femme enceinte - mais ce brin d'impitoyabilité ne peut empêcher le film de tomber à plat. Il n'est certainement jamais assez effrayant pour faire bouger les spectateurs au bord de leur siège, et rarement assez intéressant pour retenir l'attention de quiconque.

  • Louan Nivesse2
  • Enzo Durand4
Written by
Louan N

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] JUNG_E – De la grâce près de la crasse

Dès le début, le nouveau film du réalisateur de Dernier train pour...

4
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Mayday – Butler plane

Mayday (ou le bien trouvé Plane en V.O) est le nouveau film...

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Retour à Séoul – Découvrir un soi qu’on attend plus

Davy Chou revient avec un portrait intime et imprévisible d’un personnage fictif...

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMAMADE IN ASIA

[CRITIQUE] Goodbye ! – Un feu d’artifice (sans couleurs)

Parfois, l’intégration d’une histoire sur le passage à l’âge adulte peut être...