Le regretté Chadwick Boseman a donné la performance de sa carrière dans Le Blues de Ma Rainey. Une combinaison d’arrogance juvénile, tout en projetant les effets néfastes d’une solidarité morale excessive et de la perte d’une solidarité sociale. Viola Davis livre un autre tour de force en tant que Ma Rainey, une Diva aigrie, tyrannique et autoritaire, elle est la reine du blues. Elle a le pouvoir rare, en tant que chanteuse afro-américaine, de pouvoir faire sa loi. Elle bat son manager, Ivan (Jeremy Shamos), toutes les heures. Il lutte pour être l’intermédiaire entre elle et le studio enregistrant son dernier album.

Synopsis : Les tensions s’exacerbent et les esprits s’échauffent au cours d’une séance d’enregistrement, dans le Chicago des années 20, tandis que plusieurs musiciens attendent la légendaire Ma Rainey, artiste avant-gardiste surnommée “la mère du blues”. Arrivant en retard, l’intrépide et volcanique Ma Rainey se lance dans un bras de fer avec son manager et son producteur blancs, bien décidés à lui imposer leurs choix artistiques. Tandis que les musiciens patientent dans la salle de répétition, l’ambitieux trompettiste Levee, attiré par la copine de Ma, est déterminé à faire sa place dans le milieu de la musique. Poussant ses camarades à se confier, il provoque un déferlement d’anecdotes, de vérités et de mensonges qui bouleverseront à jamais le cours de leur vie…

Son groupe est un mélange de la vieille garde et du nouveau. Levee (Boseman) a les yeux rivés sur la petite amie de Ma Rainey, Dussie Mae (Taylour Paige, Undercover : Une histoire vraie). La seule chose qui surpasse sa bouche est son ambitieux jeu de trompette alors qu’il essaie de laisser la musique de la cruche dans le sud. Cutler (Colman Domingo, Euphoria) est le chef de groupe, un homme de foi. Toledo (Glyn Turman, Gremlins) masse le blues sur le piano et Slow Drag (Michael Potts, Sur Écoute) joue de la contrebasse comme si ce n’était l’affaire de personne.

Le Blues de Ma Rainey est réalisé par George C. Wolfe et écrit par Ruben Santiago-Hudson. Cela les réunit pour la première fois depuis la création de l’un des grands téléfilms de ces vingt dernières années, Lackawanna Blues. Comme ce film, Rainey a un sens bien intégré du temps et du lieu. Le scénario, de Santiago-Hudson, a des thèmes puissants qui se déroulent après la Grande Migration, tout en étant placé pendant la chute de la Reconstruction et le début de la Grande Dépression. Même lorsque la communauté afro-américaine était profondément enracinée dans la religion comme un moyen de faire face, le mouvement Social Gospel était utilisé contre eux. Par exemple, il y a un moment dans le film qui illustre précisément ce point.

Dans la meilleure scène du film, Boseman’s Levee questionne la foi de Domingo’s Cutler en Dieu. Cutler a fait face aux dures manières du monde avec sa foi enracinée. La colère et les croyances de Levee à propos de Dieu brisent la seule protection qu’il ait jamais connue. Ce qui se passe ensuite est une image d’une puissance brute étonnante et d’une profonde résonance douloureuse. Boseman laisse tout sur le sol, sans rien à perdre, alors qu’il remet en question le plan de Dieu. Il se demande comment quelque chose d’aussi cruel a pu lui arriver ainsi qu’à sa famille. C’est un moment où l’on ne peut s’empêcher de se demander s’il s’inspirait de sa propre situation. C’est l’un des rôles les plus puissants et des plus accablants de l’année. En fait, Le Blues de Ma Rainey souffre d’être trop trempé dans une expérience de qualité scénique. C’est compréhensible, compte tenu de l’histoire primée de George C. Wolfe dans le théâtre. Jeremy Shamos, quant à lui, n’apporte rien de nouveau à un rôle cliché auquel il aurait pu utiliser un angle différent pour le jouer.

Cependant, il s’agit d’une vitrine d’acteur avec des thèmes lourds qui reflète une époque qui n’a pas progressé facilement. Le Blues de Ma Rainey met en valeur les mauvais traitements infligés aux autres, émotionnels, oppressifs et physiques. Ce qui se passe ensuite est un cycle d’abus d’un groupe qui se blesse violemment comme un moyen de faire face à la dureté d’un monde cruel et ségrégué. A la fin du film, il y aura des questions profondes qui vous seront posées, peu d’entre nous auront la réponse.

Le Blues de Ma Rainey est exclusivement disponible sur Netflix.

1
0