[CRITIQUE] Inu-Oh – La passion de l’Art

Publicités

Inu-Oh est le nouveau film de Masaaki Yuasa, dont l’esprit créatif hors du commun s’est déjà illustré notamment sur Night is Short Walk on Girl, ou encore la série animée Devilman Crybaby. On s’intéresse ici au parcours d’Inu-oh, un homme à l’apparence difforme, qui tentera de s’émanciper de son handicap à travers la musique, accompagné de Tomona, un joueur de Biwa aveugle.

L’on pourrait tenter de dresser des parallèles avec le Elephant Man de David Lynch, mais le ton résolument burlesque et espiègle du film de Yuasa se démarque instantanément, en plus de partie dans une direction narrative différente. Le quelque peu excentrique Inu-Oh tranche totalement avec le type de personnage que l’on pouvait imaginer, compte tenu de sa condition. Il ne la subit pas, au contraire, il tente de la mettre à profit à travers la danse, et de transcender ses limites en pratiquant la musique de plus en plus.

© Rapid Eye Movies

En effet, à mesure que le duo s’accomplit artistiquement, et que le public est de plus en plus réceptif, Inu-Oh se transforme physiquement, dépassant la malédiction pour peu à peu reprendre une forme humaine normale. L’Art qui parvient à conjurer un mauvais sort, voilà une bien belle idée que Masaaki Yuasa se plaît à mettre en scène comme une véritable éclosion. Il est d’autant plus intéressant de constater à quel point cette pratique de la musique est surveillée, réglementée par le pouvoir en place et les traditions, mais qu’Inu-Oh et Tomona tenteront de chambouler.

Le cinéaste fait le choix d’une anachronie totale avec l’époque du film (qui n’a pas pour ambition d’être réaliste), puisque les concerts donnés par la bande font penser à des opéras rock, créant donc des sonorités absolument inédites dans le contexte du film. Un choix loin d’être déplaisant vu la qualité des chansons proposées.

Publicités

Inu-Oh est un film étonnant, très dynamique, comme un tourbillon d’idées qui pourra laisser quelques spectateurs de côté, mais dont les fulgurances visuelles, les mélodies et la passion pour l’Art sont parfaitement saisissantes.

Note : 4 sur 5.

Inu-Oh au cinéma le 23 novembre 2022.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *