[CRITIQUE] Flee – Voyage, voyage

Les films d’animation se retrouvent généralement sous les feux de la rampe, à une si grande échelle, s’ils sont divertissants. Les producteurs font généralement en sorte qu’ils aident les enfants à regarder ce qu’ils veulent et à prouver que les histoires ont des fins heureuses, avec le méchant vaincu. Flee a une fin heureuse, mais tout n’est pas un lit de roses. Flee est une histoire poignante écrite par Jonas Porer Rasmussen et Amin Nawabi. Il raconte la fuite d’une famille d’un pays asiatique à la fin des années 1980. C’est le dernier type de récit que l’on pourrait attendre d’un film d’animation, mais c’est pourtant ce qui s’est passé : une histoire inspirée d’événements réels a ouvert la voie.

On nous parle souvent de la différence entre une maison et un foyer. Dans Flee, nous le constatons dès le début, car ce film d’animation documentaire, qui ressemble à une interview, se concentre sur la définition de la maison par le protagoniste et sur le récit captivant de sa quête pour en trouver une autre. Il dit : « La maison, c’est un endroit sûr. Un endroit où l’on sait que l’on peut rester et où l’on n’a pas besoin de partir. Ce n’est pas un endroit temporaire. » Ces points sont mis en évidence tout au long des 88 minutes du film danois officiellement sélectionné pour le prix du meilleur film international à la 94e cérémonie des Oscars. L’histoire passe du temps du protagoniste au Danemark à celui qu’il a passé en Asie, avant d’entreprendre un voyage pas si direct que ça, parsemé d’obstacles périlleux. Nous découvrons la maison, qui nous montre la sécurité et le confort dont il est conscient, ce qui ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir. Et plus tard, nous voyons les maisons où la famille séjourne, temporairement, des endroits peu sûrs avec des localités peu sûres dans lesquelles ils sont poussés.

L’idée d’utiliser des images et/ou le noir et blanc pour raconter une telle histoire a été écartée, l’animation servant de support à Flee. Cela a permis d’éviter que le contenu ne rebute le public. Certaines images fixes étaient assez pénibles à regarder et m’ont retourné l’estomac. Grâce à l’animation, le réalisateur Jonas Porer Rasmussen a pu recréer des lieux réels et autant de visages que possible à partir des données fournies par son protagoniste. Cela a donné de l’authenticité à Flee, car de nombreux noms ont dû être cachés/altérés. Nous apprenons pourquoi cette décision créative a été prise, ce qui ne fait que renforcer la lutte des individus qui sont contraints de quitter leur foyer à la recherche d’un autre. L’animation permet de s’assurer que le public continue à regarder et, tout en regardant, le réalisateur et le scénariste veillent à ce que la tension du film et l’histoire captivante de chaque personnage (une famille était au centre de l’attention, mais tous ceux qui passaient par là avaient une histoire similaire) restent au centre de l’attention. C’était l’objectif. Il fallait que nous ressentions la douleur, la peur, la claustrophobie, le sentiment temporaire d’espoir, pour ensuite le voir s’envoler. L’espoir est en effet une chose dangereuse.

La partition d’Uno Helmersson a été la plus efficace à mes yeux pour renforcer le sentiment de désespoir. Les épreuves et les difficultés du protagoniste s’en sont trouvées renforcées. Les sens sont restés en éveil, et nous voyons pourquoi cela se produit. Amin Nawabi permet même au monde de comprendre pourquoi de telles histoires sont supprimées et pourquoi certaines choses restent floues. Outre la perte de contrôle de la réalité et le manque de confiance, Flee nous rappelle que personne ne peut fuir son passé, même s’il en oublie des parties et ses origines. C’est un symptôme du voyage. Flee peut attirer l’attention du monde entier. Bien que les personnages de Flee aient fui il y a plus de trente ans, l’histoire des réfugiés fuyant leurs maisons pour aller s’installer ailleurs sera connue de beaucoup.

Ces personnes ne se sont pas contentés de monter à bord d’un bateau et de naviguer au fil de l’eau. Leur quête pour trouver un foyer est passée par de nombreuses maisons, mais à l’instar du protagoniste de Flee, ils n’ont pas tous réussi. La scène du passage de la frontière est peut-être vraie, mais il est très peu probable que l’auteur l’ait ajoutée pour l’effet dramatique.

Note : 3.5 sur 5.

Flee au cinéma le 31 août 2022

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.