[CRITIQUE] Falcon Lake – Désirs fantômes

Il existe de nombreux récits coming-of-age qui mêlent réalisme magique et sensibilité dramatique d’une manière que je trouve fascinante et envoûtante. Falcon Lake de Charlotte Le Bon commence d’une manière qui peut sembler avoir l’approche habituelle de la proéminence mais développe rapidement des éléments hypnotiques qui le rend unique et fascinant ; c’est encore plus impressionnant en reconnaissant qu’il s’agit d’un premier film. Falcon Lake est est à la fois un récit coming-of-age et une histoire de fantômes, créant une bonne division entre romantisme et inquiétude et des parts égales de charme et de mystère.

Falcon Lake se présente comme un film d’horreur, avec en toile de fond une partition sinistre de Shida Shahabi. Le film se déroule pendant la chaleur de l’été ; nous suivons une famille venant de Paris qui rend visite à des amis dans la région des Laurentides, au Québec. Pendant ces longues vacances, nous assistons à la création d’un lien inattendu qui unit deux enfants solitaires. Il s’agit de Bastien (Joseph Engel), quatorze ans, et de Chloé (Sara Montpetit), seize ans, la fille des hôtes. Les deux jeunes construisent une relation timide mais précieuse le temps d’un été. Grâce à la réalisation de Charlotte Le Bon, à son scénario (également écrit par l’auteur de la BD) et à la performance des enfants, le film capture le sentiment de tomber amoureux pour la première fois. Tout en jouant avec les conventions du genre, en particulier dans le domaine de l’horreur et du drame, Le Bon exprime de manière charmante la façon dont les adolescents éprouvent des désirs sexuels à travers quelques petites frayeurs, une histoire de fantômes et d’adorables séquences où les deux jeunes gens s’éprennent.

Chloé est la plus intéressante, même si les deux ont un temps égal pour briller et enchanter le spectateur avec leurs solides performances. Elle passe son temps à penser à une fille qui est morte récemment sur le lac. Comme le personnage de Casey Affleck dans A Ghost Story de David Lowery, il y a une présence dans le lac – il y a des idées de manifestations fantomatiques venant d’elle alors qu’elle se glisse elle-même dans un accoutrement de fantôme. La façon dont le personnage de Montpetit parle de la mort et de la souffrance a un peu la même réflexion que les sœurs Lisbon dans The Virgin Suicides de Sofia Coppola. Cependant, contrairement à elles, elle ne veut pas éprouver cette douleur du désespoir profond ; elle fait la morte. Elle fait des tas de choses, comme flotter le plus longtemps possible sur un lac voisin ou s’allonger sur la route comme une victime d’une collision. C’est ce qui éveille l’intérêt de Bastien pour elle. Il désire s’évader de sa jeunesse et voit dans la relation qu’il construit avec Chloé cette échappatoire. Même si c’est juste pour l’été, il veut cette aventure, c’est un souvenir qui durera toute la vie.

Bien que le récit contienne plusieurs éléments sombres et une étrange photographie, magnifiquement captée par le directeur de la photographie Kristof Brandl, au cœur de Falcon Lake, il y a plus de moments de bonheur que l’on ne pourrait attendre de son introduction pleine d’effroi. L’obscurité est atténuée par des dialogues humoristiques et des séquences romantiques qui développent lentement une sensation sous-jacente d’inquiétude quant au fait que tout ne va pas se terminer par un pur soleil et des roses. L’histoire de fantômes hante le romantisme brûlant – comme la plupart des histoires, une fois que la tragédie arrive, elle ne partira jamais. Cela est dû à l’habileté de Le Bon derrière ce conte – ses compétences semblent mûres, comme si ce n’était pas son premier film. Le détournement sournois de l’attention provoque une attraction plus importante vers ce qui pourrait arriver à ces enfants auxquels nous nous sommes attachés. Il n’y a pas de présage, mais cette brume facile à vivre semble trop belle pour être vraie à mesure que le récit progresse. Il s’agit d’un sujet difficile à traiter, et l’équipe est félicitée de l’avoir élaboré de manière fascinante et intelligente. Le Bon détourne l’attention du public tout en émettant des signaux de la tragédie à venir, mais nous, spectateurs, les ignorons parce que nous sommes fascinés par la relation qui se crée. Ce qui était à l’origine séduisant et réconfortant se termine en pure tristesse.

Ce n’est pas un amour voué à l’échec mais un reflet éthéré du coup de foudre. C’est une rêverie symbiotique gâchée par des cauchemars intangibles. S’agit-il d’une réflexion sur les difficultés de croissance d’un jeune amour ? S’agit-il d’une représentation de la distance causée par la solitude lorsque l’on veut s’intégrer à la foule et que l’on trouve enfin une personne qui nous accorde de l’attention ? Eh bien, ce sont les deux et bien plus encore. En laissant une place suffisante à l’ambiguïté dans la narration, chaque spectateur peut analyser Falcon Lake de plusieurs façons, car il comporte de nombreuses couches que l’on peut vouloir explorer. Cependant, toutes les conclusions pointent vers la tragédie une fois le générique de fin terminé. Charlotte Le Bon a une main cinématographique rapide et chaleureuse qui équilibre les divers éléments expressionnistes et mystérieux présents dans cette adaptation. S’il y a une chose qui est sûre, c’est que j’attends avec impatience son prochain film. À mesure que ses compétences s’affinent et que son écriture devient encore plus rapide, la possibilité qu’elle livre une autre œuvre intrigante qui détourne le spectateur est imminente.

Ce film m’a bouleversé.. Cette aventure cinématographique vous fera penser à ces chaudes journées d’été, à votre premier baiser et même à votre première perte importante, et c’est pour le mieux.

Falcon Lake en première à la 48e édition du festival du cinéma américain de Deauville.

Au cinéma le 7 décembre 2022.

0
0

Un Ping

  1. Pingback: [CRITIQUE] Vampire Humaniste cherche Suicidaire Consentant - Don du Sang - C'est quoi le cinéma ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *