[CRITIQUE] Destruction Babies – Quand la société est le problème

Shota (Nijiro Murakami) vit seul dans une tente dans la petite ville japonaise de Mitsuhama. Son frère aîné Taira (Yuya Yagira) traîne dans les rues de la ville voisine, Matsuyama. Taira est obsédé par les bagarres. S’il voit une cible dans la rue qui semble pouvoir représenter un défi, il s’approche simplement et commence à la frapper au visage. Tandis que Shota part à la recherche de Taira, ce dernier fait la connaissance de Yuya (Masaki Suda), un adolescent du quartier qui se joint à l’excursion violente de Taira pour se procurer des sensations fortes.

Destruction Babies est un voyage froid et violent vers un endroit très sombre. J’ai un seuil de tolérance assez élevé pour la violence à l’écran, mais Destruction Babies m’a fait sursauter à plusieurs reprises. Il ne s’agit pas d’un film d’action excentrique avec des tirs de mitrailleuses, des combats à l’épée ou des séquences d’arts martiaux élaborées. Il s’agit plutôt d’un drame assez troublant sur l’échec de la société japonaise. Taira n’est pas un combattant expérimenté, il a simplement un seuil de résistance important à la douleur. Lorsqu’il plonge impulsivement dans des bagarres de rue (et je ne peux pas exagérer le nombre de fois où cela se produit dans un film) ce ne sont pas des actions propres et stylisées. Ce sont des assauts désordonnés et brutaux. Des nez cassés. La peau se fend. Des visages meurtris comme des fruits mûrs. C’est un exercice de cinéma profondément efficace, mais il raconte une histoire que de nombreux spectateurs ne voudront tout simplement pas connaître. C’est tout à fait normal : le cinéma est un vaste média qui laisse la place à toutes sortes de tons, d’esthétiques et de genres. Dans le contexte du cinéma japonais, Destruction Babies occupe une niche confortable de films violents et stimulants qui ont tendance à attirer un public dévoué et fidèle. Pour les spectateurs qui apprécient déjà les films de Takashi Miike, je pense que Destruction Babies aura beaucoup de charme.

Dans les années 1950, le cinéma japonais a brièvement expérimenté les films de la « Sun Tribe » : il s’agissait de drames adolescents dans lesquels de jeunes Japonais écoutaient du jazz (l’équivalent du rock’n’roll pour les adolescents rebelles japonais), traînaient à la plage et adoptaient une attitude plus permissive vis-à-vis du sexe que celle de leurs parents. Ces films sont suffisamment controversés pour que la censure japonaise les arrête, mais en 1960, le studio Nikkatsu revient sur le terrain avec The Warped Ones de Koreyoshi Kurohara. Ce film revisite les films de la Sun Tribe sous un angle beaucoup plus déplaisant, avec des personnages commettant des actes de violence aléatoires, y compris des agressions sexuelles, et présentant une attitude ouvertement antisociale vis-à-vis des valeurs traditionnelles japonaises. The Warped Ones ne cautionne en aucun cas le comportement de ses personnages, mais il les observe sans les juger ni s’en détourner. Il y a beaucoup de The Warped Ones dans Destruction Babies. En effet, il y a une forte influence du cinéma japonais des années 1960 en général. À un moment donné, Taira, qui est en train de commettre un crime avec Yuya, porte une paire de lunettes de soleil noires et regarde la caméra. À ce moment-là, il est clairement le sosie de la star d’action Chow Yun-Fat dans le classique culte Le Syndicat du crime de John Woo. Sa ressemblance est si évidente qu’elle ne peut pas ne pas être intentionnelle. Je pense que Destruction Babies reflète également la plupart des films violents de la Nikkatsu de l’époque : il dépeint des comportements criminels choquants sans les glorifier ni les condamner. Les mauvaises choses arrivent simplement, parce que les jeunes que le film dépeint sont tellement déconnectés de la société qui les a élevés.

Il y a un fort contraste entre Taira et Yuya. Le premier s’adonne à la violence pure et simple. Peut-être qu’il va battre quelqu’un sans raison. Peut-être que son propre visage sera réduit en bouillie. Le résultat ne semble pas avoir d’importance pour lui, car c’est l’acte de violence qui lui permet de se sentir vivant et connecté au monde. Yuya comprend visiblement mal cela. Il prend la violence de Taira et la transforme en un véritable déchaînement antisocial. Lorsqu’il tente pour la première fois d’imiter Taira, sa cible n’est pas un autre homme mais une écolière. Il décide spontanément de kidnapper Nana (Nana Komatsu), une hôtesse de bar travaillant pour le yakuza local, et après une période de torture émotionnelle et d’intimidation, il l’amène à écraser un fermier battu, le tuant au passage. Il est significatif que Yuya paie le prix de son comportement criminel, alors que Taira ne le paie pas. Lorsque Taira rentre chez lui au point culminant du film, c’est le soir d’un festival local de passage à l’âge adulte où les hommes grimpent sur des répliques de temples mobiles et tentent de se pousser les uns les autres : même dans cet espace traditionnel codifié, l’âge adulte signifie se défier et se battre.

Les performances sont généralement très fortes, en particulier Yuya Yagira qui joue Taira comme une force de la nature indéfinissable. Je ne pense pas honnêtement qu’il soit possible de comprendre entièrement pourquoi il fait ce qu’il fait. Je ne pense pas que ce soit le but du film de le découvrir. Il s’agit du quatrième film du réalisateur Tetsuya Mariko, bien que ce soit son premier en presque six ans. Il a une attitude et une esthétique si franches et si vives que j’espère vraiment voir ces premiers films. Avec un peu de chance, il pourra réaliser d’autres films plus tôt que prévu, car il semble être une voix créative à laquelle nous devrions prêter attention.

Note : 4 sur 5.

Destruction Babies au cinéma le 27 juillet 2022.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.