[CRITIQUE] Black Panther : Wakanda Forever – Le deuil d’une franchise

Publicités

Wakanda Forever, le deuxième volet de la franchise Black Panther et le énième du MCU, est une étude de cas sur les limites du cinéma algorithmique et formel – le type de film sur lequel les Studios Marvel ont basé leur commercialisation et leurs marges bénéficiaires scandaleusement larges pendant près d’une décennie et demie. On peut difficilement leur en vouloir. C’est une formule qui a jusqu’à présent généré environ 25 milliards de dollars, et Wakanda Forever devrait ajouter au moins 400 millions de dollars à cette somme rien qu’aux États-Unis, ce qui signifie que le film sera presque certainement rentable avec son budget d’environ 200 millions de dollars, malgré les retards et les problèmes de production.

Parmi celles-ci, la tragédie largement médiatisée du décès prématuré de Chadwick Boseman en 2020 pendant la pré-production a été la plus bouleversante sur le plan émotionnel et logistique. Non seulement cela a été un choc pour les fans du monde entier, mais cela a également placé le coscénariste et réalisateur Ryan Coogler et l’ensemble de l’équipe de production dans une situation difficile. Pendant un temps, l’idée de remanier le rôle central de T’challa, roi du Wakanda, a été évoquée, puis abandonnée au profit d’une confrontation directe avec la perte.

La perte serait donc thématiquement tissée tout au long du scénario, le chagrin du Wakanda reflétant le chagrin réel de la communauté des films. À la place de T’challa se trouve Ramonda, la Reine Mère du Wakanda (interprétée par Angela Bassett dans une performance impressionnante), qui prend les rênes administratives de la nation après la mort de son fils, victime d’une maladie mystérieuse. La princesse Shuri, interprétée par Letitia Wright, joue également un rôle plus central. Son chagrin est teinté de culpabilité pour son incapacité à identifier et à guérir la maladie de T’challa. Si le poids du pouvoir repose désormais sur Ramonda, ce film est, par essence, celui de Shuri. C’est son arc qui donne à la narration son lot de difficultés morales.

Cette mise en péril morale est cependant assez confuse et imprécise. L’antagoniste malgré lui est l’empire aquatique mésoaméricain de Talokan, riche en vibranium, et son chef Namor (Tenoch Huerta). Dans une intrigue tordue, Namor cherche à s’allier avec les Wakandais (la puissance en vibranium du monde de la surface) dans le but de renforcer leur position dans les relations diplomatiques. L’alternative, Namor prévient les Wakandais, est la guerre et la destruction de leur nation. Mais Namor est présenté comme un ennemi parfaitement vertueux, un personnage lourd de sens, avec une séquence historique excessive et une communauté sous-marine prospère qu’il a le devoir de protéger, apparemment conçue pour introduire une ambiguïté morale et des éléments sombres et épineux.

Publicités

À la place de l’introspection morale énigmatiquement tissée, on trouve la mise en scène, si sombre et lunatique dans laquelle les insensées séquences de combat peuvent provoquer des questions – comment Ryan Coogler (réalisateur de Creed) peut louper le découpage et le filmage des combats ? Le ciel trop couvert ternit également la splendeur visuelle du Wakanda, si bien rendu dans le film Black Panther de 2018.

Dans son rythme et ses moments sans âme, Wakanda Forever suit au microscope le schéma structurel tout en essayant d’insuffler quelque chose de plus réfléchi, mélancolique, voire fantomatique dans son mécanisme. Si le choix de reconnaître et de tenter de faire face à la disparition prématurée de Boseman a été judicieux (refaire le casting de T’challa aurait pu déclencher un désastre de grande ampleur sur la franchise), l’échec du film à le mettre en œuvre de manière significative illustre les limites du processus de fabrication des films Marvel. Au lieu d’un ton de pathos soigneusement entretenu, des références superficielles à la mort et au deuil sont éparpillées dans l’histoire par centaines.

Il ne fait aucun doute qu’il manque au film le noyau charismatique du T’challa de Boseman, et c’est un vide que Bassett et Wright ne parviennent pas à combler, bien qu’il soit peut-être juste de souligner que personne ne pourrait le faire. Wakanda Forever est presque aux antipodes, dans tous les sens du terme, de son prédécesseur qui a fait date : il est sans intérêt, sans inspiration et insipide, sans compter qu’il dure une demi-heure de plus.

Note : 1.5 sur 5.

Black Panther: Wakanda Forever au cinéma le 9 novembre 2022.

Publicités
0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *