[CRITIQUE] Beflfast – Le cinéma, destination pour unir la famille

[CRITIQUE] Beflfast – Le cinéma, destination pour unir la famille

3 mars 2022 0 Par Louan N

Il y a quelques mois, Kenneth Branagh (scénariste et réalisateur) a expliqué que Belfast était une lettre d’amour non seulement à sa famille, mais aussi à la ville et à la communauté dans lesquelles il a grandi. Il a déclaré que l’envie d’écrire ce film lui est venue pendant la pandémie, car nous étions à une époque où le monde collectif était isolé et séparé de tout le monde, même de nos proches. Il a également mentionné son affection pour le cinéma en grandissant, et comment il n’était pas seulement l’ultime échappatoire pour un jeune garçon en Irlande, mais aussi un endroit où il avait envie de retourner l’année dernière. Sur ces mots, il laisse maintenant Belfast parler pour lui-même. Dans un film court de 97 minutes, Branagh ramène la magie au cinéma et Belfast est le meilleur film qu’il ait jamais créé.

Nous suivons un jeune garçon nommé Buddy (Jude Hill), qui vit avec son père (Jamie Dornan), sa mère (Caitríona Balfe) et son frère Will (Lewis McAskie) à Belfast en 1969. Sa grand-mère (Judi Dench, lauréate d’un Oscar) et son grand-père (Ciarán Hinds) vivent à quelques rues de là, et la famille est proche de tous les habitants du quartier. Buddy connaît également son premier coup de foudre à l’école ainsi que son amour pour le cinéma et tout ce qui se passe sur le grand et le petit écran. Mais à cette époque, à la fin des années 1960, l’Irlande est en plein conflit nord-irlandais, une guerre politique, culturelle et religieuse opposant les catholiques aux protestants qui divise le pays tout entier, entraînant ainsi la violence dans les rues et l’inquiétude de toute la famille de Buddy. Alors que la tension monte, le père de Buddy se voit offrir l’opportunité de faire quitter Belfast à sa famille, même si cela signifie qu’ils doivent laisser derrière eux tout ce qu’ils connaissent dans l’espoir d’une vie meilleure et plus sûre.

Cinema Paradiso

Bien que Belfast ait ses drames et ses conflits en raison des événements historiques qui entourent l’histoire, ce film ne traite pas de ces lourds problèmes. Branagh se concentre plutôt sur des thèmes universels et nostalgiques centrés sur l’enfance, la famille et le pouvoir de l’amour. Nous voyons Buddy grandir sous nos yeux : il a son premier coup de foudre, sa connaissance de l’école et du monde grandit de jour en jour et il réalise qu’il faut être fort pour faire face à tous les pièges de la vie. Et avec tout cela, ce jeune garçon s’échappe vers des mondes extérieurs au sien sur le grand et le petit écran. Le cinéma est utilisé comme destination pour unir la famille, comme dans une scène où ils perdent tous la tête en voyant une des séquences de vol dans Chitty Chitty Bang Bang. En montrant cela, le message de Branagh est clair : les mondes du grand écran peuvent nous sauver comme il l’a fait pour lui et sa famille.

Cet ensemble se fond dans ses personnages et offre des performances sans effort dont on ne peut s’empêcher de tomber amoureux. Hill est un vaisseau parfait auquel le public peut s’accrocher, car il offre une performance adorable et charmante. Balfe et Dornan sont électriques, avec une alchimie confortable qui vous fait ressentir l’amour entre ces deux parents qui essaient de subvenir aux besoins de leurs deux garçons. Balfe, connue pour son passage dans la série télévisée à succès Outlander, est forte et vulnérable tout au long du film, implorant Dornan de voir qu’ils ont quelque chose de spécial à Belfast et qu’ils ne peuvent pas partir. Mais Dornan l’équilibre avec son charisme et sa confiance, faisant comprendre à sa femme que leur vie est là où ils sont ensemble, et pas nécessairement à Belfast. Les deux se rapprochent et cela donne lieu à l’une des meilleures scènes de l’année, avec la chanson « Everlasting Love« . Ensuite, il y a les superbes performances de Dench et Hinds, qui sont tout à fait spéciales ici. Dench est parfaitement à sa place dans ce rôle de grand-mère, adorable en tant que matriarche à la voix douce et au cœur lourd de cette belle famille. Mais c’est son homologue, Hinds, qui offre la meilleure performance du film. Il offre la sagesse à son fils, puis la transmet à son petit-fils, Buddy, et le fait avec la facilité que seul l’acteur chevronné peut offrir. Hinds, un acteur de caractère depuis des décennies, livre ici quelque chose qui rappellera à tout le monde à quel point il est un acteur spécial et devrait permettre à l’Académie de le célébrer plus tard dans l’année.

50 nuances de Ciarán Hinds.

Au-delà de ce casting merveilleux et de la musique réalisée par le légendaire Van Morrison, dont la chanson originale est plutôt bonne, Branagh est la star ici. Il s’agit du film le plus personnel qu’il ait écrit ou réalisé au cours de sa vaste et célèbre carrière. Buddy est un vaisseau pour Branagh, et tous les autres personnages du film sont vaguement inspirés de membres de la famille du réalisateur. Mais au-delà du récit semi-autobiographique de l’enfance de Branagh, Belfast est un film profondément attachant pour tous ceux qui le voient. On s’identifie à Buddy, et donc à l’histoire de Branagh. Des larmes ont coulé de mon visage à chaque moment des quinze dernières minutes. Belfast est un grand film universel, racontable, qui tire sur la corde sensible et vous donne un aperçu du passé pour nous faire avancer vers l’avenir.

Note : 4 sur 5.

Belfast au cinéma le 2 mars 2022.

0
0