[CRITIQUE] Avatar : La voie de l’eau – L’œil d’un conteur

Malgré tout le spectacle technologique qu’il crée grâce à ses compétences inégalées et à son orgueil démesuré – notamment lors de son retour triomphal avec Avatar : La voie de l’eau, James Cameron, trois fois oscarisé, n’est pas assez respecté en tant que l’un des meilleurs conteurs cinématographiques d’action et d’émotion que le cinéma ait jamais connu. Avec l’œil d’un réalisateur qui sait prendre des mesures précises, Cameron a créé certaines des séquences d’action les plus élaborées, les plus éblouissantes et les plus emblématiques depuis des décennies. Qu’il s’agisse de couler un paquebot mythique, de faire vivre des tueurs métalliques venus du futur ou de nous emmener dans des lieux insolites de notre planète ou d’ailleurs, le Canadien de 68 ans ne lésine pas sur les moyens, ne néglige aucun détail et n’épargne aucune dépense. Avatar : La voie de l’eau se dresse, tire, se balance, s’envole et nage comme une pierre de plus à l’édifice de sa réussite sans limites. Treize ans d’absence n’ont guère contribué à diluer la capacité du cinéaste à nous frapper au visage par son émerveillement et à faire vibrer nos cœurs au rythme de ses émotions. L’absence n’a fait que renforcer le génie et le désir de ce genre d’aventure inégalée sur grand écran.

L’arrivée de la police Papyrus signale le rétablissement de Pandora et de ses espèces bioluminescentes de flore, de faune et d’humanoïdes adroits. Le victorieux Jake Sully (Sam Worthington) a dirigé et reconstruit les colonies Na’vi après avoir forcé la retraite du “peuple du ciel” dans Avatar. Lui et sa compagne Neytiri (Zoe Saldana), princesse guerrière, ont également mis au monde trois enfants – deux fils adolescents costauds, Neteyam et Lo’ak (Jamie Flatters et Britain Dalton), et une fille espiègle, Tuktirey (Trinity Jo-Li Bliss) – et en ont adopté une autre, Kiri, la fille métisse créée en laboratoire par le défunt Dr Grace Augustine (Sigourney Weaver, qui joue les deux rôles). Le paradis de paix des Na’vi est perturbé par le retour brutal des colonisateurs de la RDA, déterminés à acquérir de précieuses ressources pour aider une Terre mourante située à des années-lumière. La puissance militaire de la RDA est renforcée par des avatars “recombinants” imprégnés de la mémoire des humains, dont le défunt colonel Miles Quaritch (Stephen Lang) et ses bérets verts. Alors que la RDA construit une nouvelle forteresse sur Pandora et relance ses efforts de braconnage nuisibles à l’environnement, Quaritch et son peloton visent à capturer Jake Sully pour se venger de leur précédente défaite et pour neutraliser les indigènes.

© Walt Disney Company

Plutôt que de soumettre tous les Na’vi vivant dans la forêt à la cible qu’il porte sur son dos, Jake prend sa famille et s’exile. Il trouve refuge auprès du peuple du récif de Metkayina, dirigé par Tonowari (Cliff Curtis) et Ronal (Kate Winslet). Là-bas, Jake et sa famille apprennent à s’adapter de la forêt à l’océan, ouvrant ainsi Avatar : La voie de l’eau à une toute nouvelle vitesse de la physicalité et à un nouveau chapitre de l’écologie. La majeure partie du film se déroule pendant cette période d’acclimatation avant qu’une confrontation inévitable avec le poursuivant Quaritch ne devienne inévitable. Plongée dans cette ménagerie aquatique, la qualité de fabrication de cette suite est hors normes. Cameron et ses collaborateurs (dont quatre monteurs) ont eu la sagesse de prendre leur temps, consacrant trois ans et plusieurs centaines de millions de dollars à l’ensemble du processus. Le résultat saute aux yeux, comparé aux travaux bâclés et gâchés réalisés dernièrement par d’autres superproductions de marque.

La photographie en 3D, associée à une fréquence d’images élevée (le HFR), crée l’une des expériences visuelles les plus fluides et les plus surréalistes de l’histoire récente. Il faut un peu de temps, mais lorsque vos yeux s’adaptent, le surréalisme est saisissant. Les effets visuels de l’as de Weta Digital, Joe Letteri, quatre fois récompensé aux Oscars (et trois autres superviseurs), contribuent à ce spectacle extravagant avec des détails stupéfiants. Les véritables héros sont les techniciens et les opérateurs des équipes de cascadeurs et des unités sous-marines en Nouvelle-Zélande, qui ont réussi à obtenir une authenticité tangible en tournant autant que possible dans et sur l’eau. L’esprit combatif de nos principaux héros Na’vi est centré sur leur rôle de parents. Empruntant un instinct ancestral qui est loin d’être étranger, Jake et Neytiri s’efforcent de protéger leur peuple et leurs enfants dans la poursuite du bonheur. De l’aveu même de Jake, cette responsabilité lui donne un sens et permet à Worthington, sous toutes les couches de la performance capture, d’exprimer bien plus d’émotions que dans le premier film où il était considéré comme un intrus. À ses côtés, la détermination féroce de Saldana n’a fait que se multiplier en tant que mère, prête à se déchaîner pour défendre sa famille.

© Walt Disney Company

Cette maturation place le thème de la solidarité familiale au premier plan dans Avatar : La Voie de l’eau. Les enfants de Jake et Neytiri grandissent dans cette compréhension et sont jumelés à d’autres adolescents de la Metkayina qui portent le fardeau des attentes. Cameron, accompagné au scénario par le duo Rick Jaffa et Amanda Silver, qui ont récemment rebooté la Planète des singes, mêle pour faire bonne mesure quelques dynamiques du péché du père aux questions générationnelles. Oui, Sam Worthington est à une octave de ressembler à Vin Diesel en lâchant le grandiose mot “F” dès qu’il en a l’occasion. Cependant, si vous détestez le thème de la “famille” dans Avatar : La voie de l’eau, vous devez étendre votre mépris à tous les films Fast & Furious, aux deux films Les Indestructibles de Pixar et même à la trilogie du Parrain, parmi de nombreux autres films solides comme le roc qui célèbrent et mettent en valeur l’amour de la famille à des fins dramatiques. Pour le meilleur ou pour le pire, pour les moqueurs et les cyniques qui ont oublié de rêver, c’est un cœur parfait pour la construction massive de ce monde.

James Cameron sait précisément comment descendre les montagnes russes, détendre les ceintures de sécurité et faire sortir ses passagers les jambes flageolantes suite à un effort émotionnel. Sa méthode sur cette partie de la narration cinématographique est complètement opposée à son côté technique. Cameron applique des arcs narratifs simplistes à ses décors élaborés. Bien sûr, le premier Avatar est critiqué pour ses emprunts à Danse avec les loups et Pocahontas, mais ces thèmes mélodramatiques universels fonctionnent pour une raison. C’est là que James Cameron va un peu plus loin et nous accroche. Il est un conteur émotionnel aussi efficace qu’un magicien de l’action. L’homme sait faire preuve d’audace. Titanic s’est donné beaucoup de mal pour recréer le célèbre naufrage du navire, pour nous enfermer dans l’histoire de deux amoureux fictifs figés dans leur survie. T2 a accentué le suspense menaçant de l’original Terminator pour réaliser le plus grand retournement de situation de l’histoire du cinéma, au point que nous savons maintenant “pourquoi tu pleures”. Sous les efforts déployés pour créer des merveilles sensorielles dans Avatar : La voie de l’eau, Cameron trouve des cordes sensibles simples à tirer, une fois de plus, dans des situations que nous aurions normalement écartées en tant que divertissement épique destiné au grand public.

© Walt Disney Company

Vous pouvez évoquer le brillant de Baz Luhrmann, le grandiloquent de Michael Bay, la précision de Steven Spielberg et l’envergure de Christopher Nolan, mais aucun d’entre eux, et aucun autre non nommé, n’est près de réaliser des films au niveau de science et d’ingénierie de James Cameron. Au moment où nous pensons avoir vu tout ce qui est possible sur un écran, il ouvre de nouvelles pistes qui nous ouvrent les yeux et nous décrochent la mâchoire. La fascination est toujours à son comble, et pourtant, malgré tous les mouvements et le rayonnement de ses films, il nous fait toujours ressentir des émotions.

Avatar : La Voie de l’eau c’est au-delà de la maestria.

Note : 5 sur 5.

Avatar : La Voie de l’eau au cinéma le 14 décembre 2022.

1
0

Un commentaire

  1. tadloiducine Reply

    De superbes images, et contrairement à certains avis que j’avais eu qui avaient trouvé le temps long, je ne l’ai pas vu passer et n’ai pas regardé ma montre de tout le film. Après, certes il se passe beaucoup de péripéties centrées autour ne notre famille héroïque, mais on ressort de ce deuxième volet un peu frustré en se demandant “et la suite”? (ce qui doit bien être le but recherché…). L’arc narratif est loin d’être achevé…
    (s) ta d loi du cine, “squatter” chez dasola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *