[ANALYSE] The Truman Show – Œuvre de son époque

[ANALYSE] The Truman Show – Œuvre de son époque

19 juin 2022 0 Par Louan N

Un an avant Matrix, 1998 nous a donné une vision différente de la simulation de la réalité avec The Truman Show. Écrit par Andrew Niccol (Bienvenue à Gattaca, S1M0NE) et réalisé par Peter Weir (Le Cercle des poètes disparus, Master and Commander : De l’autre côté du monde), The Truman Show met en scène Jim Carrey dans le rôle de Truman Burbank, un personnage au nom plutôt évocateur qui, à son insu, mène une vie idéaliste dans une ville créée artificiellement, située dans un dôme métallique à Hollywood, où tout le monde, sauf Truman, est un acteur jouant un rôle dans une émission de télévision diffusée 24 heures sur 24. Le spectacle est orchestré par un certain « Christoff », joué par Ed Harris, qui veille non seulement sur toute la production, mais aussi, de manière protectrice, sur sa création : Truman. Le film commence par une succession d’épisodes au cours desquels Truman réalise que la vie n’est pas ce qu’il pensait en grandissant, les coulisses du lieu où il vit deviennent de plus en plus évidentes, et Christoff tente de contenir cette crise pour que le show continue.

Depuis la sortie du film, de nombreuses réévaluations ont eu lieu, la plus populaire étant celle qui consiste à comparer le concept du Truman Show avec l’essor de la télé-réalité qui a vu le jour peu de temps après. Ce n’est cependant pas une comparaison tout à fait appropriée. Reléguer The Truman Show à une simple et superficielle analogie avec la télé-réalité est révisionniste et totalement inexact. Bien sûr, le film contient des éléments qui peuvent être comparés, de manière quelque peu prémonitoire, à certains concepts de la télévision moderne. Mais son but et son exécution, tant pour le scénariste du film que pour les personnages qui le composent, diffère complètement des grands plans qui sont présents dans la télé-réalité moderne. The Truman Show a précédé la télé-réalité et n’est pas encombré de comparaisons avec ce qui lui a succédé. C’est un concept de science-fiction qui n’aurait pu exister qu’à ce moment-là, un peu comme ce que nous appelons aujourd’hui la « science-fiction rétro » des années 50 et autres. Il semblerait que le principe du film soit basé sur un épisode de la Quatrième Dimension des années 1980, ce qui est logique. C’est pourquoi le film est un peu un classique moderne, sorti il y a seulement 20 ans, mais qui semble beaucoup plus âgé.

Voir la vérité en face

Si l’on considère l’intrigue elle-même, Christoff est plus intéressé par la création de ce qu’il considère comme une Amérique parfaite et idéaliste, au sein de la ville de Seahaven Island, que par le spectacle lui-même. La production de l’émission ne semble être qu’un sous-produit, un moyen pour lui de financer son projet. Christoff affirme que le monde extérieur est chaotique et que l’île de Seahaven est le meilleur environnement contrôlé possible. Il considère Truman comme un élu, quelqu’un à qui l’on a accordé la meilleure vie possible dans son ignorance. « The Truman Show » (le spectacle du même nom dans le film) est présenté à son public comme un feuilleton/sitcom à l’ancienne, avec une qualité de production cucul. Le fait que Truman soit un participant innocent à ce spectacle n’est qu’une attraction, comme un freaks show. Dans le monde réel, il semble y avoir une grande opposition à ce désastre des droits de l’homme, mais on ne nous montre jamais à quel point le monde s’en soucie. En fait, nous ne sommes même pas sûrs de la période à laquelle le film se déroule. Quoi qu’il en soit, pour Christoff, c’est un cadeau incroyable qu’il offre à Truman, un cadeau qui ne doit pas être dédaigné. En dehors de l’intrigue plus frontale de Truman découvrant la vérité sur sa vie, c’est le concept le plus crucial de l’histoire du film et celui qui doit être examiné davantage dans les futures analyses.

Peut-être plus important encore, The Truman Show est un produit de cette époque très spécifique. La toute fin des années 90, et jusqu’en 2001, a été une grande période de remise en cause des normes, qu’elles soient politiques ou celles de l’existence elle-même. En dehors de films comme Matrix et Truman Show, dans le domaine de la musique, il y avait Marilyn Manson, avec un regard franc mais laid, androgyne et extraterrestre, sur les sous-cultures américaines et la consommation de drogues, qui franchissait les barrières avec des albums comme Mechanical Animals. Un an auparavant, Radiohead déplorait des idées similaires, mais en réfléchissant davantage aux luttes de la vie quotidienne passée au crible, aux attentes, avec OK Computer. Dans les jeux vidéo, Metal Gear Solid de Hideo Kojima, et surtout Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty, ont joué avec les attentes, la relation entre les créateurs et le public, la réalité et la simulation (je ne parle pas de la VR), et bien d’autres choses encore.

Le créateur devant sa création

Tous les médias susmentionnés ont montré un intérêt marqué pour l’exploration de l’individu, ou plutôt pour la prise de conscience de la valeur de l’individu par rapport à celle d’un collectif bien gardé. Même le film Fourmiz, un film d’animation en images de synthèse sur les fourmis, traitait de ce même sujet. Le fait que Truman soit le centre d’attention d’une conspiration contre lui n’était pas un concept unique à l’époque, en fait, il s’y intégrait. Être la vedette de son propre spectacle, vivre dans un monde de célébrités : tout cela s’imbrique dans un amalgame de la fin d’une décennie très télévisuelle. Dans The Truman Show, il y a deux formes différentes de bulles qui éclatent. Tout d’abord, celle créée pour Truman, lorsqu’il commence à ouvrir les yeux pour voir le monde tel qu’il est. Et deuxièmement, la bulle de Christoff, c’est-à-dire sa conviction que Truman ne voudrait pas quitter une fantaisie aussi « parfaite ».

Les forces de Truman Show reposent sur son concept, et sa place dans l’histoire est mise en valeur car il fait partie d’un collectif. Sans sa pertinence dans le temps, Truman Show n’est pas un film si extraordinaire que cela. Il survit aujourd’hui principalement grâce à sa longévité, et il le mérite. À l’instar du reste des œuvres écrites par Andrew Niccol, le film comporte une quantité excessive de sentimentalisme qui n’est pas charmant lorsqu’il est retiré des quelques endroits où il fonctionne. Les événements qui se déroulent dans la vie de Truman sont orchestrés par Christoff pour être idéalistes, romantiques et dénués de toute émotion humaine réelle. Ainsi, la sentimentalité fonctionne, créant une sorte d’hybride de toutes les sitcoms de banlieue à l’ancienne ou de toutes les émissions sur les tranches de vie quotidienne.

Besoin de liberté (sortir de la caverne de Platon)

La pire partie du film se présente sous la forme d’une longue séquence d’exposition où Christoff explique à un journaliste (joué par Harry Shearer) comment est montée la production du « Truman Show ». C’est un détour inutile qui casse complètement les thèmes subtils que le film aurait pu transmettre sans traiter ses spectateurs comme des enfants. De manière involontairement appropriée, l’expérience de regarder le film est comme regarder une production créée pour nous par Christoff. Malgré ces imperfections qui nuisent à l’agrément du film, il serait insensé de nier sa stature de classique moderne. Il occupe la même place dans la conscience que d’autres médias de son époque et n’est vraiment pas un film comme les autres. Jim Carrey, étant la grande star qu’il était à l’époque, était certainement le plus grand attrait pour le grand public de l’époque, mais l’ensemble qui le contenait était totalement différent d’Ace Venutra ou de The Mask.

The Truman Show est avant tout un excellent exemple d’une histoire courte, concise, directe et autonome, racontée par le biais du cinéma. C’est un véritable objet de cinéma à ce stade, et un excellent point de départ pour ceux qui s’intéressent à la création de films plus élaborés.

The Truman Show (ressortie) au cinéma le 15 juin 2022.

1
0