Catégorie : EN CE MOMENT AU CINEMA

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Adiós entusiasmo & À Pas Aveugles – Ce qui nous précède

Adiós entusiasmo, Vladimir Durán Adiós entusiasmo est le premier film du réalisateur Vladimir Durán. Il s’agit d’un drame familial avec un étrange rebondissement. Un jeune garçon nommé Axel (Camilo Castiglione) vit à Buenos Aires et est pris en charge par ses trois sœurs adultes. Bien qu’elles soient surtout préoccupées par leurs propres occupations, elles tentent de trouver du temps pour Axel et d’assouvir ses fantasmes d’enfant. Cependant, cette famille chaleureuse et maladroite cache un étrange secret : ils gardent leur

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Scream VI – Saloperie de franchise !

Scream est une de mes franchises horrifiques préférées, notamment car c’est une saga qui à toujours su se renouveler avec intelligence tout en continuant à parler de cinéma. Et si vous regardez le nom de ce site vous comprenez vite que papoter de cinéma, ça nous parle justement. Les trois premiers longs-métrages de la saga ont su avoir un discours méta à la fois pertinent et moderne, ce qui à relancé tout le genre du slasher. Mais à partir du

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Women Talking – Se faire violence

En 2009, les femmes appartenant à une communauté mennonite de Bolivie ont réalisé qu’elles avaient été victimes d’agressions sexuelles. Ces agressions ont eu lieu alors qu’elles étaient endormies et droguées par des hommes faisant partie de la communauté. On a menti aux femmes et on leur a dit que les preuves de ces agressions étaient des punitions de Dieu. Finalement, les hommes ont été arrêtés. Cette histoire est à la base du film Women Talking, réalisé par Sarah Polley. Heureusement,

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] The Whale – Le retour de Brendan Fraser !

Le voilà ! The Whale ! Le film qui a valu à Brendan Fraser une ovation de six minutes à Venise ! Il ne s’agit certainement pas d’une surenchère sur sa qualité qui crée des attentes auxquelles aucun film ne pourra jamais répondre ! Sérieusement, j’ai été surpris par l’ampleur du battage médiatique autour de The Whale. Darren Aronofsky étant l’un des cinéastes les plus admirés de ma génération, je me réjouissais à l’idée de voir son dernier film, mais

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] The Host – Bong Joon-Ho vs America

The Host a plus de nuances qu’un Godzilla vs Kong. Multiples facettes à la fois en termes de genre, mais aussi de commentaire social. C’est un film de monstres dans le genre de l’horreur, un film d’action à haute intensité, un drame familial et parfois une comédie pure et simple. C’est aussi une vision des relations américano-coréennes, des préoccupations environnementales, du contrôle administratif maladroit et inefficace du gouvernement, et de l’hystérie publique qui en résulte. Après Memories of Murder, qui

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Creed III – L’émergence d’Adonis Creed

Le film Rocky original sera toujours ce que cette franchise, et n’importe quel film de boxe à vrai dire, tentera de poursuivre. Il ne s’agit pas seulement d’un succès commercial, mais aussi d’une histoire, couronnée de plusieurs Oscars, d’un combattant qui fait la chose qu’il connaît le mieux. Lorsque Creed a été annoncé, l’histoire de Rocky avait connu une régression astronomique et n’avait été que partiellement sauvée par le sixième volet de la série, Rocky Balboa. Creed était déjà en

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Empire of Light – Amour, vie et cinéma

Ces deux dernières années, les gens ont été enfermés en raison de la pandémie de Covid-19 et des autres événements de propagation qui ont frappé le monde. Lorsque les confinements ont commencé, les gens sont restés bloqués chez eux, sans pouvoir se rendre dans les endroits qui ont de la valeur dans la vie, comme les salles de concert, les restaurants, et pour beaucoup, dont moi, le cinéma. Le cinéma est l’un des seuls endroits qui nous reste où nous

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] The Son – Dommage collatéral

Florian Zeller, dramaturge très respecté et de renommée internationale, possède un formidable talent pour débusquer le désespoir considérable qui se cache souvent sous les apparences banales au sein de la famille traditionnelle. Il s’est construit une brillante carrière grâce à cette capacité à tirer inconfortablement sur ces fractures parfois imperceptibles qui, une fois secouées, s’effilochent inconfortablement en désespoir. Avec sa célèbre trilogie familiale jouée dans le monde entier, et après avoir adapté The Father pour ses débuts en tant que

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] La Nuit des morts-vivants – Nous sommes les croque-mitaines

La monstruosité est dans l’œil de celui qui regarde. Alors que certains voient leurs peurs les plus cruelles prendre vie dans des créations grotesques, d’autres trouvent une connexion bienvenue avec les pulsions les plus dégoûtantes. L’année 1968 a connu son lot de visions monstrueuses, à cheval entre la dure réalité et l’imagination débordante. Ces créatures vicieuses créées par l’homme ont permis d’entrevoir les aspects les plus sombres d’une société compliquée. Quelque chose d’excitant, en dehors des limites du studio traditionnel,

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Domingo et la brume & Le Marchand de Sable – Fantôme et société

Domingo et la brume, Ariel Escalante Meza Domingo et la brume, le deuxième long métrage du scénariste et réalisateur costaricain Ariel Escalante Meza, suit le veuf du nom (Carlos Ureña) qui résiste à des voyous déterminés à lui faire vendre ses terres pour faire place à une nouvelle autoroute. Le jour, il est hanté par les bruits lointains de la construction et des coups de feu alors que les brutes prennent progressivement pied dans la région, ses amis proches faisant

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif