Étiquette : Horreur

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Don’t Breathe 2 – S’attacher à l’indéfendable

Quand Don’t Breathe est sorti en 2016, les spectateurs du monde entier suivaient littéralement le titre en tant qu’enseignement direct, volontairement ou non. La tension tendue et le silence étouffant de l’horreur fantastique de Fede Álvarez (Evil Dead, Millénium : Ce qui ne me tue pas) étaient tels qu’il est difficile de penser à un autre film des années 2010, autre que Sans Un Bruit, qui avait une peur aussi efficace et saisissante construite autour du son et, le plus

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Don’t Breathe (2016) – Home-invasion atypique au centre d’une horreur constante

Le concept d’un thriller home-invasion n’est pas nouveau, de nombreux films ayant tenté (et souvent réussi) de placer le public directement dans ce scénario cauchemardesque et de créer une horreur confinée, tendue et palpitante qui vous tient en haleine. Mais Don’t Breathe reprend ce concept et le renverse en posant la question inverse : et si les envahisseurs n’étaient pas les méchants ? Le résultat est tout aussi terrifiant, et est rehaussé par une mise en scène précise et une

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Till Death – Nouvelle et sanglante jeunesse pour Megan Fox

S’inspirant légèrement de Jessie (Gerald’s Game) et de You’re Next, avec même un peu de Saw, Till Death révèle très tôt son idée maîtresse : Emma (Megan Fox) trompe son mari (Eoin Macken). Elle est consciente que c’est techniquement mal et dit à son collègue (Aml Ameen) qu’elle en a fini (cet échange semble presque inutile, qu’elle veuille en finir ou non n’enlève rien à son caractère sympathique et rendrait même l’histoire légèrement plus complexe si elle n’avait pas l’intention

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Escape Game 2 : Le monde est un piège – Suite à l’excès mortel

Le film d’horreur de 2019, Escape Game, a été une (mini-)surprise. Le concept d’une salle d’évasion mortelle est évident, mais le film du réalisateur Adam Robitel a apporté de l’innovation et du spectacle à l’idée, ainsi qu’un groupe de personnages véritablement sympathiques plutôt que de la chair à canon oubliable. Une suite a immédiatement été lancée, avec un sentiment d’inévitabilité étant donné le potentiel évident de la franchise et l’orientation évidente fournie par la fin du premier film. Mais là

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] American Nightmare 5 : Sans limites – La purge atteint ses limites, ils le savent, ils continuent

American Nightmare a commencé comme une franchise avec un concept intriguant qui s’est épuisé si vite que, honnêtement, je ne peux même pas vous dire combien il y en a, ce que je fais habituellement assez bien de mémoire. Ce n’est pas tant qu’il s’agit du même film à chaque fois, mais plutôt qu’ils se ressemblent et se sentent semblables, tout en échangeant des types de personnages différents (les politiciens dans American Nightmare 3 : Élections, par exemple) pour certains

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Banishing : La Demeure du mal – Retour gagnant pour Christopher Smith ?

Banishing : La Demeure du mal raconte l’histoire de la maison la plus hantée d’Angleterre. Dans les années 1930, avant le début de la Seconde Guerre mondiale, Marianne (Jessica Brown Findlay) s’installe dans un vieux manoir avec son mari Linus (John Heffernan) et sa fille Adelaide (Anya McKenna-Bruce). Marianne commence bientôt à voir des choses étranges et à remarquer qu’Adelaide se comporte bizarrement. Pour comprendre ce qui se passe, elle doit trahir la foi chrétienne de Linus et chercher un

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Blood Red Sky – Vampire State Building

Le film Netflix, Blood Red Sky, est unique en son genre. Il prend deux sous-genres distincts et les fusionne, créant ainsi quelque chose de pas tout à fait nouveau, mais au moins divertissant, dans le processus. Il s’agit d’un film imparfait, mais, malgré ses défauts, Blood Red Sky est un film captivant qui assume pleinement son concept. Il mêle le suspense d’un thriller d’action à l’horreur surnaturelle pure et, bien qu’il ne s’élève jamais au-dessus des formules des deux genres,

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Kingdom: Ashin of the North – Sympathy for the devil

L’univers Kingdom est de retour avec un très agréable cadeau, un épisode spécial dérivé intitulé Kingdom : Ashin of the North, pour vous faire voyager avec les nouveaux personnages alors que nous entrons dans la troisième saison de la série. Depuis sa naissance dans le monde de Netflix, Kingdom s’est imposée comme la meilleure série télévisée de zombies en provenance de Corée. En outre, la série renoue avec le type de narration allégorique inauguré par les films de zombies classiques

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Old – Tout va trop vite, pour le bien commun

Chaque fois que l’on aborde un film du réalisateur controversé M. Night Shyamalan, on se retrouve dans une émeute d’attentes et de rêves déçus. Le réalisateur, après des débuts incroyables sur la scène hollywoodienne, a connu un effondrement qualitatif et, seulement au cours des sept dernières années, une reprise artistique remarquable. Au détriment du résultat final, il est indéniable que l’attention derrière chacun de ses films monte toujours en flèche avec des spectateurs prêts à se laisser emporter par un

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Spirale : L’Héritage de Saw – Torture démodée par Chris Rock et Bouse-man

La franchise Saw a dominé le cinéma d’horreur durant les années 2000, où des personnages abrasifs et affreux reçoivent leur châtiment de manière particulièrement horrible. Le visionnage de ces films se solde souvent par une expérience vide, car les réalisateurs ne laissent jamais assez d’empathie aux spectateurs, et les films semblent prendre plaisir à donner aux méchants une fin macabre. Les studios ont récemment essayé de relancer les franchises des années 2000 avec des personnages sympathiques. Le film de cette

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif