[CRITIQUE] The Suicide Squad – James sort les gros Gunn(s)

Une citation circule selon laquelle le scénariste et réalisateur James Gunn aurait pu faire “tout ce qu’il voulait” sur The Suicide Squad. C’est quelque chose que mon esprit a quelque peu écarté de son discours promotionnel, même si je savais que ça allait être sauvage. Après avoir vu le film, je suis maintenant convaincu que personne chez Warner Bros. (et certainement pas un algorithme d’entreprise) ne regardait par-dessus les épaules du fou furieux pendant qu’il concevait ce qui est incontestablement l’un des blockbusters les plus extravagants de ces dernières années, fusionnant ses sensibilités Troma du début de carrière avec l’énorme cœur d’inadapté des Gardiens de la Galaxie tout en donnant à la Harley Quinn de Margot Robbie quelques-unes de ses meilleures actions et dialogues jusqu’à présent.

L’un des premiers membres de cette équipe d’anti-héros incarcérés est une belette répugnante aux yeux exorbités qui, bien que je sois sûr qu’il s’agisse d’un personnage réel de DC Comics, apparaît comme une façon pour James Gunn de reprendre un paria comme Rocket Raccoon qu’il a amoureusement donné vie, maintenant sous la forme d’une créature hideuse qui effraierait et fascinerait quiconque la regarderait. C’est une façon de reconnaître qu’il a recours à ses trucs habituels, mais en les exprimant avec une tournure cartoonesque et inquiétante. La belette (qui est interprété par Sean Gunn, tout comme Rocket Raccoon) est peut-être mignonne et apparemment inoffensive (on se demande pourquoi elle fait partie de l’équipe et ce qu’elle va faire, mais je suppose que c’est le cas de la plupart des membres de l’équipe) jusqu’à ce qu’il soit mentionné que la créature a la réputation de tuer des enfants. Avant d’expliquer ce qu’est réellement la mission, la Suicide Squad rassemble ces détenus mortels et les déploie sur une île fictive d’Amérique du Sud, Corto Maltese. Un chaos total s’ensuit avant l’atterrissage de l’avion cargo, chacun se moquant des autres (avec des noms comme T.D.K.) ou trouvant une raison d’être terrifié (le Blackguard de Pete Davidson n’aime pas les loups-garous). Le dialogue et la folie qui en résulte se transforment en 20 minutes d’hilarité, de gore et de pure folie, le tout aidé par le fait que tous ces cons ressemblent intentionnellement à des cosplayers bon marché avec des effets spéciaux débiles. La perruque ridicule que porte Michael Rooker vaut à elle seule le prix de l’entrée. Néanmoins, nous apprenons rapidement le sort de la plupart de ces personnages, même si l’un d’entre eux, en particulier, m’a fait extrêmement rire.

À ce moment-là, plusieurs choses sont devenues claires : The Suicide Squad va être un film détraqué et le ton va pousser le genre super-héros dans des territoires de bizarrerie inexplorés. James Gunn s’assure sagement de mettre le public sur cette longueur d’onde folle avant même de tenter d’entrer dans l’intrigue. Néanmoins, l’essentiel concerne Amanda Waller, fonctionnaire au cœur froid incarnée par Viola Davis, qui réunit une équipe de criminels dotés de capacités surhumaines (surnaturelles ou spécialisées dans les armes) pour envahir la nation désormais déchirée par la guerre et éliminer la recherche scientifique sur ce qui est essentiellement une étoile de mer kaiju capable d’éjecter des parties supplémentaires de son corps sur le visage des êtres humains, les transformant en une partie de la conscience collective de l’hôte et faire grandir celui-ci par la même occasion. Le peuple de Corto Maltese souffre aux mains d’un soulèvement militaire qui voudrait utiliser une telle créature aussi dévastatrice pour se positionner comme une menace pour les pays superpuissants tels que l’Amérique et la Russie. Si la Suicide Squad peut mettre fin à cette menace mondiale avant qu’elle ne se concrétise, un de ses membres bénéficiera d’une réduction de dix ans de sa peine de prison. Et s’il s’enfuit ou désobéit aux ordres, il se fait exploser le crâne. 

Il va sans dire qu’Harley Quinn est en tête de la meute, bien qu’elle soit séparée des deux groupes dès le début, devenant un objet d’affection pour le chef. Elle n’est pas une demoiselle en détresse, et la résolution de cette situation génère l’un des rires les plus intelligents du film. Cependant, avec un cinéaste fort à la barre, ce n’est pas elle qui porte le film, car plusieurs autres individus sont également mis en avant, notamment Ratcatcher II de Daniela Melchior (elle peut invoquer des rats pour exécuter ses ordres, comme son nom l’indique), Polka-Dot Man de David Dastmalchian (rien ne peut vraiment préparer quelqu’un à la stupidité de ses capacités et à l’histoire absurde qui entoure son passé), Le Peacemaker de John Cena (sans doute le rôle le plus accompli de la star de la WWE à ce jour, démontrant un potentiel encore inexploité dans l’interprétation des répliques comiques et le jeu physique), le Capitaine Rick Flag (Joel Kinnaman, dans l’un de ses meilleurs rôles à ce jour) et Bloodsport d’Idris Elba (qui semble jouer une variante du Deadshot de Will Smith dans la version originale de David Ayer, avec une fille cleptomane jouée par Storm Reid dont il doit éviter l’emprisonnement en menant à bien sa mission). L’un des aspects les plus amusants voit Peacemaker et Bloodsport s’affronter dans un concours de bites pour savoir qui peut se débarrasser de ses ennemis avec le plus de style et de violence (James Gunn utilise la dynamique entre ces deux-là pour aborder l’éthique et la morale de l’Amerique) Il y a aussi des moments de véritable émotion lorsqu’il s’agit de Ratcatcher II et de son père (brièvement joué par Taika Waititi dans des flashbacks rapides et efficaces). Et comment ne pas apprécier le fait que Sylvester Stallone incarne un requin affamé en short qui veut juste se faire des amis et manger des gens ? 

Tout cela est employé avec une palette de couleurs très variée (c’est tellement agréable d’avoir un changement de rythme rafraîchissant avec les couleurs vives lorsqu’il s’agit de batailles finales cataclysmiques contre des monstruosités géantes), une bande-son déchirante mélangeant et assortissant les chansons connues et moins populaires, des transitions ludiques de style bande dessinée réalisées grâce à des environnements dynamiques, et pratiquement un barrage sans fin d’éclaboussures de sang. The Suicide Squad a sa part de moments d’indifférence, et je ne suis pas non plus sûr que quoi que ce soit soit capable d’égaler la folie des 20 premières minutes, mais c’est une folie sans complexe, avec James Gunn qui exploite toutes ses forces. Il est sacrément bon et devrait confortablement rester dans les mémoires comme un blockbuster inoubliable et bizarre, et ridiculement divertissant en plus.

The Suicide Squad de James Gunn, 2h12, avec Margot Robbie, Idris Elba, John Cena – Au cinéma le 28 juillet 2021

2
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *