(affiche non officielle)

Au cours des cinq dernières années environ, la réalisatrice / productrice Jill Gevargizian a travaillé d’arrache-pied et a sorti un nombre impressionnant de courts métrages. De tous, c’est son court métrage The Stylist, en 2016, qui a attiré le plus de succès et d’attention de la part des cœurs amateurs d’horreur sur le circuit des festivals. En seulement quinze minutes, le court métrage a relaté l’histoire intrigante d’un coiffeur solitaire avec un penchant pour la collecte de cuirs chevelus. Le type précis de pathos meurtrier en série qui a demandé son expansion. The Stylist marque le débit du long métrage de Gevargizian, offrant à son tueur en série sympathique une histoire complète qui conserve l’élégance, la violence et le travail de caractère présentés dans son court métrage.

Najarra Townsend (Contracted) joue le rôle de Claire, la coiffeuse éponyme. Claire est une professionnelle talentueuse avec une réputation de travail transformateur et une capacité inébranlable à mettre sa clientèle à l’aise. Plus elle écoute ses clients se décharger sur elle, plus la styliste solitaire convoite leur vie. Pour Claire, elle agit parfois sur l’impulsion de se mettre à la place d’un autre en droguant des clients ponctuels et en les scalpant pour qu’ils se coiffent chaque fois qu’elle a envie d’être quelqu’un de nouveau. Olivia (Brea Grant), l’une des clientes régulières de Claire, semble avoir tout ce que Claire veut dans la vie. Quand Olivia invite Claire après l’avoir engagée pour coiffer son mariage, cela ouvre les vannes à une obsession mortelle.

Tout comme le court métrage, The Stylist est une étude élégante du personnage d’un psychopathe au bord de l’autodestruction. Claire est une femme timide à la voix douce, sans vrais amis. Townsend imprègne Claire d’un chagrin sympathique, tout comme Elijah Wood l’a fait pour Frank Zito dans le remake de Maniac de Franck Khalfoun. Comme Zito, Claire est une personne profondément perturbée qui soulage temporairement sa douleur profonde par le meurtre et le scalping. Comme Wood, Townsend apporte une vulnérabilité presque innocente à son rôle, faisant de Claire un personnage si intéressant. Elle lutte avec ses pulsions meurtrières, et le conflit intérieur qui l’entraîne face à des choix cruciaux et macabres est palpable. En face d’elle se trouve Grant en tant que femme hétéro bien ajustée, la cible inconsciente de la fixation de Claire. Gevargizian, avec les co-auteurs Eric Havens et Eric Stolze, assure qu’Olivia est un personnage pleinement étoffé. Pas seulement pour présenter la vérité que Claire est incapable de voir, à savoir que la vie d’Olivia manque de perfection, mais comme un moyen de faire avancer l’intrigue. Olivia est la boussole qui fonde un film mené par une âme en spirale perdue toujours à la dérive dans sa tristesse.

Gevargizian démontre une vision forte et claire pour son sympathique psychopathe, et The Stylist se présente comme l’une des représentations les plus sophistiquées d’un tueur en série en plein essor. Visuellement et stylistiquement, les débuts de Gevargizian sont magnifiques. La conception des costumes en dit long sur Claire et Olivia, ce qui est essentiel dans un film calme avec de multiples scènes, pour la plupart sans dialogue. L’utilisation emphatique par Gevargizian de la caméra au ralenti contribue également au ton global de mauvaise humeur et onirique qui nous place dans la tête instable de Claire. Parce que le souvenir préféré de Claire de ses victimes est le scalping, et que cela ne se passe jamais aussi bien qu’elle le souhaiterait, attendez-vous à des morts imaginatives qui deviennent très sanglantes. 

Bien que, pour une exécution d’un peu plus de quinze minutes sur deux heures, il aurait pu bénéficier d’un ou deux meurtres supplémentaires. Le récit ne s’éloigne jamais de l’objectif inébranlable de Claire et ne passe pas beaucoup de temps à plonger trop profondément dans sa psyché au-delà de quelques moments chargés d’émotion, de sorte que l’acte du milieu s’affaisse un peu. Pourtant, c’est un début fort de Gevargizian avec un méchant d’horreur convaincant. Townsend est si bon dans le rôle que vous ne savez pas si vous voulez fuir Claire ou la serrer dans vos bras. Peut-être les deux.

The Stylist est en compétition au 28e Festival international du film fantastique de Gérardmer, il n’a pas encore de date pour une sortie française.

1
0