[CRITIQUE] Spencer – Diana Stewart, le reflet du miroir

[CRITIQUE] Spencer – Diana Stewart, le reflet du miroir

17 janvier 2022 0 Par Louan N

Spencer, de Pablo Larraín, est un parfait exemple de la façon dont des histoires fictives dans le contexte d’événements réels, tels que ceux dont a été témoin la princesse Diana, peuvent créer des expériences visuelles remarquables et nous amener à ressentir, plutôt qu’à savoir, ce que c’est que de vivre constamment sous le regard du public. C’est ce qui fait que Spencer se distingue véritablement des autres biopics, beaucoup plus conventionnels. Ne cherchant jamais à documenter mais plutôt à raconter, le film brouille merveilleusement les lignes entre le factuel et l’imaginaire, nous invitant à aller au-delà de la question de savoir si ce que nous voyons à l’écran est réel, et nous persuadant que, bien qu’il s’agisse clairement d’une fable avec des morceaux d’imagination tissés dans des vérités inconfortables, c’est certainement possible, et que, indépendamment de l’exactitude, c’est fidèle à ce que la Princesse de Galles a dû ressentir à certains moments cruciaux de sa vie.

Indiquant clairement dès le départ que ce que nous nous apprêtons à voir n’est pas un résumé standard de la vie de Diana, Spencer est un film débordant de confiance, d’élégance et d’une attention méticuleuse aux détails. Orchestré pour donner l’impression que nous vivons enfin le point de vue de Diana, le film donne presque l’impression d’être claustrophobe, ce qui est très efficace : en limitant la plupart de ce qui se passe à l’écran à la perspective troublée de Diana, il capte notre attention et ne la lâche plus. Ce dispositif narratif fonctionne particulièrement bien à une époque où les biopics standards ont presque créé une sorte de modèle de narration que Spencer brise glorieusement. On pourra certainement établir des comparaisons avec Jackie de Larraín, mais il s’agit d’un examen plus fin et plus sûr de la personne derrière la personnalité, de l’agonie qui se cache derrière la richesse des vêtements et du maquillage, des émotions émouvantes liées au fait d’être emprisonné, isolé et, dans une large mesure, ostracisé. Un beau tableau sur le prix à payer pour être différent, l’audace d’être soi-même dans un système qui ne l’accepte tout simplement pas, la prise de conscience que sa véritable personnalité s’amenuise de jour en jour au prix du respect des apparences et l’appel à l’aide déchirant que personne ne semble vouloir ou pouvoir écouter.

L’amour, toujours.

Se déroulant sur trois jours seulement de la vie de Diana, le film se concentre sur la manière dont ces heures charnières ont permis à la princesse étouffante de se réveiller. C’est la veille de Noël 1992 et elle a été « convoquée » pour passer les fêtes avec la famille royale. Ce qui peut sembler être un ensemble formel et sans histoire de dîners traditionnels et de séances de photos finit par révéler la tourmente intérieure de Diana. Poussée par un malaise constant et le sentiment inébranlable de ne jamais être à sa place, d’autant plus qu’elle se trouve immergée de force dans un ensemble de règles absurdes, sans fin et d’attentes brutales, son trouble alimentaire s’intensifie à mesure que son sentiment de soi se dégrade. À la fin des trois jours, Diana commence enfin à prendre le contrôle de sa vie. En mélangeant le réel et l’imaginaire, Larraín crée plusieurs mises en scène brillantes du dilemme de Diana, notamment lors d’un dîner surréaliste où les perles de son collier, qui s’accrochent presque à son cou sans pouvoir le lâcher, tombent dans son bol de soupe pour être dévorées par elle dans un acte de contestation. C’est certainement le fruit de l’imagination du scénariste Steven Knight, mais c’est exactement le but recherché. Au-delà de l’interrogation sur ce qui est réel ou non, nous ressentons immédiatement l’âme douloureuse de Diana dans les couloirs froids et somptueux et les couloirs punitifs où tous les yeux sont sur elle, mais personne ne semble vraiment la voir.

La solitude d’une princesse.

De la superbe photographie de Claire Mathon, qui évoque parfaitement le sens du temps et de l’espace, aux mouvements de caméra qui capturent la suffocation de Diana, en passant par les costumes spectaculaires de Jacqueline Durran et les décors immaculée de Guy Hendrix Dyas, tout fonctionne ici en parfaite harmonie pour réaliser la vision de Larraín. Dans le rôle de Diana, Stewart est une révélation. Une brillante décision de Larraín, le style de jeu de Stewart convient parfaitement à la version de Diana du réalisateur. Prise au piège dans un environnement impitoyable qui n’exige rien d’autre que la conformité et le culte de la tradition, ce que Stewart connaît un peu dans sa carrière, elle capture l’isolement et le tourment de Diana, canalisant ses capacités fantastiques pour communiquer le réveil de Diana et la prise de conscience qu’elle ne peut plus supporter de devenir une marque pour la consommation médiatique, une icône pour l’attrait du public et une royale soigneusement calibrée que le Palais juge appropriée. Le besoin urgent de libération, de rébellion et de retour à ce qu’elle est vraiment est superbement interprété par Stewart, qui va au-delà d’un accent parfait pour incarner l’état d’esprit de Diana et capturer sa psyché plutôt que de se contenter de maniérismes et d’imitations.

Une réflexion élégante, bouleversante et sophistiquée sur ce que c’est que de ne jamais se sentir à sa place, d’avoir constamment l’impression d’être un étranger et de voir sa vie exposée au public, Spencer reste fidèle à Diana sans recourir aux faits, nous montrant que même lorsque l’on peut imaginer plutôt que constater, il est toujours possible d’atteindre les bonnes notes si l’approche est bien en phase avec l’identité du personnage.

Note : 4.5 sur 5.

Spencer sur Prime Vidéo le 17 janvier 2022.

0
0