[CRITIQUE] Mad God – Le beaucoup de queues et multi tête de Tippett

Il a fallu 35 ans au légendaire artiste des effets visuels Phil Tippett pour donner vie à ce Mad God, mais son monde merveilleusement sauvage et méchant voit le jour ce mois-ci dans les salles de cinéma. Le projet a débuté en 1987, lorsque Tippett a commencé à fabriquer les habitants d’un monde surréaliste et cauchemardesque, avec des dizaines d’environnements et des centaines de marionnettes, à partir de milliers de croquis et de storyboards. Longtemps après leur disparition, un groupe d’animateurs a découvert des boîtes de marionnettes entreposées, comme s’ils étaient tombés sur les victimes sans vie d’un événement apocalyptique. Ces animateurs et Tippett ont travaillé ensemble pour fusionner des séquences existantes avec un financement Kickstarter afin de créer le projet final, un classique de la stop-motion entièrement réalisé en pratique, avec des monstres bizarres et des scientifiques fous.

Mad God ne suit aucun paradigme narratif conventionnel. Il commence par un prologue tonitruant enveloppant la Tour de Babel de fumée et de feu, suivi d’un passage résolument punitif du Lévitique sur les infidèles qui sont condamnés à manger la chair de leurs fils et de leurs filles. Un personnage obscur, masqué de gaz et vêtu d’un manteau de tranchée, connu uniquement sous le nom de “l’Assassin”, descend en rappel et en silence à travers une longue descente dantesque dans un paysage d’enfer enflammé peuplé d’âmes bizarres et monstrueuses. Portant une sorte de bombe, l’Assassin semble vouloir faire exploser la ville.

© Carlotta Films

Mais malgré sa détermination sinistre et silencieuse, les intentions de l’Assassin sont contrecarrées par la galerie de créatures bizarres qui vivent là et mènent leurs expériences impitoyables. La vision de Tippett d’un monde cauchemardesque grouillant de créatures maudites et bizarres est un sombre délice. Beaucoup sont des figures sans traits, à peine plus que des effigies, qui accomplissent des tâches pénibles dans les profondeurs, inconscientes de leur destin imminent. Certains suintent un pus graisseux par des orifices insondables. D’autres encore s’acharnent avec des griffes de crustacés. D’autres arborent des pointes et des cornes comme des dinosaures semi-préhistoriques. D’autres encore ont le visage bombé par des excroissances bulbeuses et des furoncles. Le danger est omniprésent dans ce monde incroyablement unique et d’une noirceur fascinante.

Pendant la majeure partie de sa carrière, Tippett a contribué aux effets spéciaux de films à succès bien établis, ayant créé les sinistres marcheurs impériaux et les tauntauns extraterrestres dans L’Empire contre-attaque et la galerie de créatures dans Le Retour du Jedi, avant d’effectuer des travaux similaires pour Robocop, Starship Troopers et Jurassic Park, entre autres. Mais ici, dans Mad God, la vision du maître des effets est tout simplement centrale, et c’est un monde merveilleusement méchant qu’il a créé.

© Carlotta Films

L’animation en stop-motion donne un ton excentrique et enfantin aux décors, attirant l’attention sur leur construction élaborée, l’animation étant toujours légèrement saccadée et les figurines et accessoires étant manifestement miniaturisés. L’objectif n’est pas tant le réalisme que l’élaboration méticuleuse d’un paysage infernal d’âmes perdues et de créatures homosexuelles, artificiellement béat, sombrement surréaliste et merveilleusement unique. Le monde de Tippett ne ressemble à aucun autre, mais on peut certainement y déceler des influences, des créatures de Ray Harryhausen et des jeux de mots visuels complexes à la Jacques Tati, en passant par la sculpture d’Alberto Giacometti, le surréalisme de David Lynch ou les personnages de The Wall de Pink Floyd. Les concoctions steampunk rencontrent les médecins de la peste médiévale. Des minotaures et des diablotins copulent ; un mannequin solitaire se masturbe. Malgré la diversité des influences et des images, le film parvient néanmoins à créer une mise en scène cohérente et mémorable. Quelques personnages humains contrastent fortement avec les marionnettes animées de Tippett.

Alors que le sort et la transformation éventuelle de l’Assassin offrent un mince fil conducteur qui relie des séquences distinctes, Mad God est un film à vivre, et non à suivre. La vision de Tippett est une création qu’il a fallu des décennies pour redécouvrir et animer, et il faut s’y plonger et en profiter. Grotesque, beau et complexe, Mad God n’est peut-être pas très connu dans une industrie qui se concentre sur les superproductions à gros budget et les sagas interminables, mais je suis particulièrement reconnaissant qu’un film comme celui-ci existe. C’est une expression artistique unique dans un média dominé par les franchises et les suites. Regarder Mad God, c’est comme ne rien voir d’autre (bien que le récent After Blue de Bertrand Mandico soit un exercice expérimental similaire dans la construction du monde, bien qu’un peu moins cohérent dans sa vision).

Cependant, Mad God peut aussi sembler un peu trop à côté de la plaque pour tous ceux dont l’expérience récente de notre propre monde a été traumatisante, voire quasi-apocalyptique. À une époque où une pandémie a causé plus de six millions de morts, où les travailleurs peinent dans des conditions terribles, où les esclaves font l’objet d’un trafic de drogue et de sexe, et où tant de gens travaillent pour la fortune de si peu, le monde de Phil Tippett peut sembler à certains moins une vision fantastique qu’une interprétation sombre d’une réalité qui, lentement, régulièrement, ne devient que trop vraie.

Mad God de Phil Tippett, 1h24, avec Alex Cox – Au cinéma le 26 avril 2023.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *