[CRITIQUE] Black Widow – L’agréable gâchis estival du Marvel Cinematic Universe

La nouvelle venue dans le MCU, Yelena Belova (interprétée par l’une des étoiles montantes les plus en vue aujourd’hui, Florence Pugh), interroge sa sœur non biologique, Natasha Romanoff (l’éponyme Black Widow, reprise, probablement pour une dernière fois, par Scarlett Johansson dans cet interquel qui se déroule quelques temps après Captain America : Civil War), sur son histoire. Cette interrogation fondamentale résonne tout au long de Black Widow, une question à laquelle la réalisatrice Cate Shortland et l’équipe de scénaristes, composée de Jac Schaeffer, Ned Benson et Eric Pearson (les deux premiers étant crédités pour l’élaboration du schéma narratif de l’histoire, tandis que le dernier est responsable du scénario), peinent à apporter une réponse satisfaisante. Néanmoins, malgré cette lacune narrative, le périple est parsemé d’éléments de récit captivants, qui transposent avec brio le style de combat chorégraphié et les mystères d’espionnage caractéristiques de l’univers Marvel, dans des séquences de mise en danger et de destruction à plus grande échelle.

Avant d’atteindre le crescendo éblouissant d’effets spéciaux, Black Widow nous transporte dans l’Ohio en 1995, où les enfants Natasha et Yelena (incarnées par Ever Anderson et Violet McGraw) vivent une sorte d’utopie américaine, bercées par l’ambiance des matchs de baseball, se protégeant mutuellement et s’émerveillant devant des insectes bioluminescents aux côtés de leur mère, Melina Vostokoff (interprétée par Rachel Weisz). Cet idylle familial est brusquement ébranlé lorsque David Harbour dans le rôle d’Alexei Shostakov rentre du travail, visiblement troublé, et annonce à Melina qu’il est temps de s’échapper avec leurs informations hautement confidentielles. Après quelques séquences théâtrales impliquant un personnage utilisant un sniper en se couchant sur l’aile d’un avion au moment du décollage (une action qui peut sembler invraisemblable, mais qui offre néanmoins un spectacle créatif à couper le souffle), la situation n’est pas réellement résolue, bien que ce groupe de quatre individus se faisant passer pour une famille, pour des raisons encore obscures, soit désormais séparé. Cela marque le début du générique (une rareté dans les films du MCU, mais qui s’accorde parfaitement avec le récit d’espionnage), nous plongeant dans un aperçu troublant de l’entraînement de Natasha en Russie (aux côtés de nombreuses jeunes filles victimes d’abus mentaux et émotionnels) sur une interprétation sinistre de Smells Like Teen Spirit de Nirvana. Ce segment est fascinant du point de vue narratif, car le prologue ouvre la voie à un récit d’horreur psychologique, explorant les manigances de l’infâme Dreykov (interprété par Ray Winstone).

À ce stade, Black Widow effectue un saut dans le temps, se situant après la séparation des Avengers, et entre dans une trame narrative typique du MCU, privilégiant le spectacle et les effets spéciaux au détriment du développement des personnages. Il est également frustrant de constater qu’une fois que la famille est réunie, le scénario tend dangereusement vers une atmosphère de sitcom familiale, mettant l’accent sur l’humour. Alexei, également connu sous le nom de Gardien Rouge, une version russe de Captain America, incarne une caricature égoïste et humoristique, même s’il reconnaît lentement ses défauts et tente de les corriger. Une blague récurrente est qu’il est souvent interrompu ou ignoré lorsqu’il essaie de s’exprimer sincèrement. David Harbour, dans un jeu d’acteur débridé, parvient à rendre ce personnage pathétique hilarant tout en explorant sa quête de rédemption. Cependant, il semble que l’objectif principal de cette comédie n’est pas tant de détourner l’attention des aspects sombres et dérangeants de l’intrigue, notamment l’endoctrinement et le contrôle mental, ainsi que les horreurs de la “red room” secrète où les femmes sont conditionnées dès leur plus jeune âge à tuer, mais plutôt de les atténuer.

Marvel ne semble pas disposé à produire un film classé R qui plonge véritablement dans les traumatismes de l’éducation de ces personnages. Le fait que Black Widow se prépare à être quelque chose de plus profond et substantiel pour ensuite basculer vers quelque chose de plus conventionnel est décevant. Il est louable que le film aborde certains sujets sérieux, comme la mention de l’ablation des organes reproducteurs de Natasha et Yelena, mais même cela est traité de manière humoristique, ce qui est déplacé. Cela démontre une certaine insensibilité envers les expériences traumatisantes des femmes. De plus, seule la partie centrale du film s’engage dans la comédie à travers les dysfonctionnements familiaux. Yelena est chargée de trouver et de diffuser un antidote contre le contrôle mental, Natasha est poursuivie par le Taskmaster, sans émotion ni pitié, et Dreykov se comporte de manière odieuse et sans scrupules, démontrant un mépris total envers les femmes, même envers sa propre fille, sans le moindre remords. Bien que la révélation de l’identité du Taskmaster puisse susciter la colère sur Internet, elle est bien exécutée dans son contexte et offre une conclusion satisfaisante à l’intrigue.

Les scènes de comédie tombent à plat, tout comme les scènes d’action manquent de tension. Natasha ne semble jamais réellement en danger, ni même s’amuser. Pour une super-espionne, elle semble mortellement ennuyeuse, tout comme l’ensemble de l’intrigue. Les séquences de poursuite, chaotiques et sans cohérence, se déroulent dans des lieux aléatoires, passant du Maroc à la Norvège, de manière si superficielle qu’il devient difficile de suivre qui poursuit qui et pourquoi. Mais est-ce vraiment important ? Pas vraiment. On vous demande simplement de vous laisser emporter par les explosions et les coups de feu, si vous le pouvez. Au moins, ces séquences d’action se veulent féministes ! Un super-vilain mystérieux entre et sort de scène, ce qui conduit à un rebondissement peu surprenant (dévoilé dans les génériques), et il est question d’une boîte de fioles que tout le monde semble convoiter. Mais étant donné la légèreté et le manque d’intérêt des références récurrentes aux fioles, il semble que ni les scénaristes ni moi-même n’ayons pris la peine d’y prêter une attention particulière.

Depuis la disparition d’Iron Man, il semble que peu de choses se soient améliorées, n’est-ce pas ? Le Marvel Cinematic Universe (MCU) post-Avengers: Endgame semble être marqué par un déclin qualitatif évident. Autrefois synonyme d’œuvres fascinantes et captivantes, la marque Marvel est maintenant devenue plus associée à une quantité abondante mais à une qualité médiocre. Bien qu’auparavant, la franchise parvenait à susciter un engagement émotionnel profond avec une variété de personnages, elle semble désormais se transformer en une simple machine à produire du contenu. Autrefois, suivre chaque épisode de la saga Marvel semblait être une nécessité, mais aujourd’hui, avec la sortie régulière de plusieurs heures de divertissement de moins en moins captivant chaque mois, il est devenu difficile de maintenir cet enthousiasme, sans réelle incitation à le faire.

Black Widow de Cate Shortland, 2h14, avec Scarlett Johansson, Florence Pugh, Rachel Weisz – Au cinéma le 7 juillet 2021

2
1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *