Catégorie : MADE IN ASIA

42ÈME FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D'AMIENS

[INTERVIEW x CRITIQUE] About Kim Sohee – Appel à la révolte

About Kim Sohee est le nouveau long-métrage de July Jung dans lequel la cinéaste s’intéresse à un fait divers ayant beaucoup ému la Corée du sud. Une jeune étudiante travaille, pour un de ses stages, dans un centre d’appel. Très vite, les conditions de travail la poussent à bout. Cette nouvelle œuvre est à la fois tendre et terrible. Un triste constat sur la société du travail coréenne, porté par deux excellentes actrices : Kim Si-eun et Bae Doo-na que vous

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Romancière, le film et le heureux hasard – Un bref témoignage

Les films de Hong Sang-soo tournent souvent en rond, parfois parfaitement calés, parfois plus déséquilibrés, mais toujours identifiables. La récurrence des personnages et des lieux dans des scénarios non seulement temporels, mais aussi entièrement cinématographiques, crée une structure épurée de type “choisissez votre propre aventure” adaptée aux environnements proches. La Romancière, le film et le heureux hasard, s’articule autour de ces décisions prises à l’improviste, qui ne font qu’accumuler davantage de pouvoirs au détriment de leurs propriétaires, tandis que nous

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Goodbye ! – Un feu d’artifice (sans couleurs)

Parfois, l’intégration d’une histoire sur le passage à l’âge adulte peut être une bonne chose pour un réalisateur. En raison de leur importance, la connaissance du public d’un conte permet un raccourci simple. Les réalisateurs plus ambitieux peuvent profiter de l’occasion pour détourner le genre. D’autres encore laissent la formule parler d’elle-même, choisissant plutôt de concevoir une splendeur visuelle sur le dos de ces histoires. Dans le cas de Goodbye !, la réalisatrice Atsuko Ishizuka choisit de créer un film

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Perfect Blue – Conte horrifique sur l’obsession de la célébrité qui se déchaîne

L’ouverture de Perfect Blue, sorti en 1998, ressemble à d’innombrables autres animes de l’époque : un groupe de héros colorés aux allures de Kamen Rider en train de combattre l’un de leurs innombrables ennemis. Mais il ne faut pas plus d’une minute pour que la caméra recule et révèle qu’il ne s’agit que d’un groupe d’acteurs donnant une représentation sur scène – une représentation qui, selon le public, semble bon marché et ne ressemble en rien à ce qu’il a

LIRE LA SUITE »
11ᵉ PARIS INTERNATIONAL FANTASTIC FILM FESTIVAL

[PIFFF 2022] Florilège 3: Demigod : The Legend Begins, The Price We Pay & Venus

Du 6 au 12 décembre, la 11ème édition du Paris International Fantastic Film Festival s’est tenue comme d’habitude au Max Linder Panorama, une des plus belles salles parisiennes. Un événement toujours très attendu des amateurs de films de genre et autres curiosités ! Voici un compte-rendu des films que j’ai pu voir tout au long du festival : Si vous avez loupé le précèdent florilège sur Projet Wolf Hunting, Huesera & Strange Days : ICI Demigod : The Legend Begins,

LIRE LA SUITE »
11ᵉ PARIS INTERNATIONAL FANTASTIC FILM FESTIVAL

[PIFFF 2022] Florilège 2: Projet Wolf Hunting, Huesera & Strange Days

Du 6 au 12 décembre, la 11ème édition du Paris International Fantastic Film Festival s’est tenue comme d’habitude au Max Linder Panorama, une des plus belles salles parisiennes. Un événement toujours très attendu des amateurs de films de genre et autres curiosités ! Voici un compte-rendu des films que j’ai pu voir tout au long du festival : Si vous avez loupé le précèdent florilège sur Shin Ultraman, Detective Vs. Sleuths, Missing, Electric Dragon 80.000 V : ICI. Projet Wolf

LIRE LA SUITE »
11ᵉ PARIS INTERNATIONAL FANTASTIC FILM FESTIVAL

[PIFFF 2022] Florilège 1: Shin Ultraman, Detective Vs. Sleuths, Missing, Electric Dragon 80.000 V

Du 6 au 12 décembre, la 11ème édition du Paris International Fantastic Film Festival s’est tenue comme d’habitude au Max Linder Panorama, une des plus belles salles parisiennes. Un événement toujours très attendu des amateurs de films de genre et autres curiosités ! Voici un compte-rendu des films que j’ai pu voir tout au long du festival : Shin Ultraman, Shinji Higuchi Pensé comme une nouvelle adaptation de la série culte Ultraman, Shinji Higuchi, grand superviseur des effets spéciaux met

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Les Bonnes Étoiles – Un bon film classique de Kore-eda

Sans doute l’un des films les plus attendus du dernier festival de Cannes, Les Bonnes Étoiles est une exploration touchante, quoique parfois un peu légère, de la maternité, de la famille et des sacrifices qui les accompagnent. Convaincus de “sauver” des enfants du destin sans avenir des orphelinats, Sang-hyeon (Song Kang-ho, Parasite) et Dong-soo (Gang Dong-won, Peninsula) se sont lancés dans un petit trafic clandestin en arrachant des enfants de la boîte à bébés de l’orphelinat local pour les vendre

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Défense d’atterrir – Sortez le parachute !

Défense d’atterrir est un film laborieux, naviguant entre les genres comme beaucoup de productions coréennes, sans jamais confirmer la grandeur de son ambition. Song Kang-ho y interprète un ancien chef de police, prévenu d’un attentat terroriste sur le point de se dérouler dans un avion où un ancien pilote devenu aviophobe (Lee Byung-hun) accompagne sa fille malade. Les deux hommes essayeront de stopper la catastrophe.  Le réalisateur Han Jae-rim aurait eu intérêt à écrire davantage ses personnages, ne restant malheureusement

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Inu-Oh – La passion de l’Art

Inu-Oh est le nouveau film de Masaaki Yuasa, dont l’esprit créatif hors du commun s’est déjà illustré notamment sur Night is Short Walk on Girl, ou encore la série animée Devilman Crybaby. On s’intéresse ici au parcours d’Inu-oh, un homme à l’apparence difforme, qui tentera de s’émanciper de son handicap à travers la musique, accompagné de Tomona, un joueur de Biwa aveugle. L’on pourrait tenter de dresser des parallèles avec le Elephant Man de David Lynch, mais le ton résolument

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif